retour à l'accueil NANCY

Du côté de l’avenue Anatole France

et des Charmettes Stanislas

Rue de Santifontaine

******

Nancy, métropole de l’Est de la France depuis l’annexion de l’Alsace-Lorraine, double sa population entre 1872 et 1886, d’où crise du  logement
Politique du laisser-faire en terme d’urbanisation avec les municipalités Adam et Maringer jusqu’à 1904 ; Nancy compte alors quelque 105000 habitants.
1904- 1912 Municipalités  Beauchet : enfin une grande politique d’urbanisme !
Dans ce cadre, il est décidé de prolonger le Faubourg Stanislas, au-delà de Préville (vote en 1905)

Exécution en 1907 de ce qui sera l’avenue de France puis l'avenue Anatole France en 1924 (1) ;  à noter  le coût exorbitant d’une expropriation liée à la destruction de la Maison Zobel (1) qui barrait la future Avenue Anatole France, à hauteur de la rue Verlaine



Destruction de la maison Zobel 1908

Onze propriétaires de terrains reconnaissent au contraire les avantages et la plus- value que cette avenue donnera à leur immeuble et abandonnent gratuitement leur terrain à la ville, et cinq autres offrent une subvention en espèces.

(1) La maison Zobel était au 2 rue Saint-Lambert, rue qui se nommait avant 1863 chemin Saint-Jean.
La grande maison Zobel a beaucoup fait parler d'elle; en effet, elle ne permettait pas de prolonger la rue du Faubourg Stanislas. Des années et des années de procédures, et en final la ville qui aligne 260000 F- Cher pour une expropriation! Dans les années 1850- 1880, les plans d'urbanisation n'étaient pas suivis et les propriétaires faisaient construire sans guère s'en préoccuper. Les plans d'alignement étaient indicatifs et ce Zobel avait fait construire comme il le souhaitait. Destruction en 1907.  Après destruction, on ne parlera plus de l’avenue de Toulon située précédemment derrière cette maison (nom donnée par Nathan en mémoire de l'alliance franco-russe, tout comme Cronstadt non loin de là). La rue deviendra alors rue Stanislas prolongée puis boulevard de France (on allait vers Toul et la France), puis avenue de France …..aujourd’hui avenue Anatole France (en fait depuis novembre 1924)
On reconnait bien en comparant les deux photos ci-dessous (avant 1907 et aujourd’hui) le mur de Préville et une maison à gauche, toujours là.



Photo de gauche la maison Zobel au centre de la photo, qui empêche jusqu'en 1907 le prolongement de la rue Stanislas. A droite, aujourd'hui.



vers 1910, de nombreuses constructions en cours
début de l'avenue de France vue vers Laxou
arbres récents



Avenue de France, vers le numéro 40 vue vers Nancy Centre
arbres récents, comme sur la photo précédente

Eléments d'architecture



Après la destruction de la maison Zobel, les constructions vont bon train le long de l'avenue de France (Anatole France aujourd'hui). Ci-dessus, un exemple de vitraux dans une maison dont la construction a été décidée en 1911, maison située au début de l'avenue Anatole France.


1
Vitraux dans un immeuble réalisé par Fernand César (voir ses réalisations ICI)

Art nouveau, art déco

On considère que la période Art Nouveau  va grossièrement de 1890 à 1914 mais on trouve encore des éléments de façades Art Nouveau après cette période et on trouve des simplifications de style type « Art Déco » avant 1914 ; pas de coupure nette, donc.
Dans le grand Nancy, quelque 7000 édifices présentent des éléments de décor « Art Déco » ; quelque mille édifices concerneraient  l’Art Nouveau
Pas d’ordonnancement des maisons Art Nouveau et Art Déco pour une même rue et, par ailleurs, des maisons avec un mélange de style Art Nouveau / Art Déco
Afin de rendre la construction plus économique notamment dans les maisons de rapport, on simplifie le décor, la façade devient plus sobre
Ces photos illustrent les styles observés Avenue Anatole France et au voisinage immédiat, très globalement Art Nouveau ou Art Déco:
Frises avec fleurs (roses,…), plantes ou branches (formes organiques)  de plus en plus stylisées (de moins en moins « dynamiques »), décors géométriques, pignons cassés ou non de type Art Nouveau avec frises Art Déco, bow-windows, pilastres  « art déco » sur toute la façade, bas de fenêtres « en dent » comme dans les édifices antiques, cannelures en angle  autour des ouvertures,…

Style des immeubles ou maisons

Outre ces immeubles avec style « Art Déco » ou « Art Nouveau », on trouve :
Quelques maisons de style régionaliste  « balnéaire » identiques à celles de la rue Félix Faure, avec  toitures en avancée, aisseliers, ornements avec briques, …
d’autres, avec mélange de styles comme une maison par Jules Criqui (architecte de Notre-Dame de Lourdes et de Sainte- Thérèse), rue de Médreville, avec éléments gothiques, éléments de style Renaissance (accolades au-dessus des fenêtres), dragon crachant sur les passants, bois en sous-toit,…
des maisons ou immeubles avec des éléments de style s’inspirant du « Castel Béranger » d’Hector Guimard à Paris
La maison Dollander, rue de Laxou, étudiée et réalisée par les frères Prouvé (Jean,  ingénieur et Henri, architecte), avec les innovations et solutions constructives  déjà observées dans la maison de Jean Prouvé à Nancy ou dans la Maison de vacances des Dollander au Lavandou (1950)

Louis Déon (ici ses réalisations), Léon Cayotte, Fernand César, Charles Masson, Alfred Thomas, architectes plus ou moins connus aujourd’hui, sont les noms les plus représentés;
Autres artistes: André Lemoine, maître-verrier; Jacques Grüber; H. Suhner, M. Dub, A. Colé,… sculpteurs   

1
Immeuble Eugène Mangon rue de l’abbé Gridel
 Architecte Paul Charbonnier (haut à gauche)

Bel immeuble Louis Déon 1912 ( haut à droite)

Entrées d’immeubles d’inspiration Hector Guimard
( Castel Béranger; Paris); à droite C. Masson 1934

Rue de Laxou: Maison Dollander et
grès flammés de la maison de Jules Majorelle

1
Charles Masson 1934 ( table de pierre en haut à gauche) (voir immeuble ci-dessous, angle rue de l'abbé Gridel)

Louis Déon 1909 (gauche); décor vers 1920 (centre)

1
Entrée Charles Masson 1934 (49 bis de l'avenue de France) (voir  photo de l'immeuble ci-dessous)

Poignée de porte et mosaïque sur un autre immeuble de l'avenue

Art Déco 1914 et heurtoir ( à droite)

****

A l'angle de la rue de l'abbé Gridel et au 49 bis de l'avenue de France , immeubles mitoyens de Charles Masson de 1934

Parfaite symétrie et verticalité accentuée pour le 49 bis , lucarne-pignon formant un fronton, oriels.

Variété des formes, balcons, oriels, tables de pierre avec motif floral, utilisation du béton pour l'immeuble faisant le coin de la rue de l'abbé Gridel.

au 48 ter, deux oriels encadrent un balcon ou une loggia importante

Piles de pierre de taille à l'entrée, sculptures florales et dorures; belle ferronnerie.

1


En haut à droite, belle maison avec pignon (au 20 de l'avenue)

et

Immeuble de 1924 par Léon Ventre avec

Beau décor floral de la devanture de la boutique / Bandeau de marbre vert veiné- plaque de laiton repoussé

vitraux André Lemoine (voir signature)

Boulangerie pâtisserie en 1997

Immeuble d'Alfred Thomas au 57 de l'avenue Anatole France

belles ferronneries des garde-corps et sculptures florales

Même époque que les immeubles de Charles Masson

3 avenue Anatole France

Immeuble de 1925 par Alfred Thomas

Transition Art nouveau / Art déco avec gâble et sculptures rappelant l'Ecole de Nancy

Belle ferronnerie de la porte d'entrée et de l'imposte de l'atelier Thiesse rappelant les réalisations parisiennes d'Edgar Brandt ou de Raymond Subes.

3 Avenue de France, sculptures, décors entre art nouveau et art déco


1

Immeuble Eugène Mangon rue de l’abbé Gridel
Architecte Paul Charbonnier


1

Art déco, rue de l’abbé Gridel

1
17 ave. Anatole France; bow-windows

1
17 avenue Anatole France; bow-windows



25 avenue Anatole France, immeuble réalisé par Louis Déon

sa veuve y habitait encore en 1927

1

 


 
Vitraux de Jacques Grüber


1

1



    Allée de Médreville, maison par l'architecte Albert Michaut avec bandeaux saillants, balcon en angle. Ferronneries également simples.

Allée de Médreville, vers 1930


1932,  belle réalisation par Raphaël Oudeville

La même année rappelons que Raphaël Oudeville dresse les plans de "l'hôtel des Deux- Hémisphères" (hôtel Foch aujourd'hui), avec ossature en béton et toit plat. Il est l'architecte de la banque d'Alsace-Lorraine (1927-1930). Il a travaillé depuis 1924 chez Lucien Weissenburger et prend l'agence en 1929.


14 rue Jacquot de France, maison par Charles Masson de 1929. Formes variées, parties avec avancées et retraits. Jardinières sont intégrées, à divers niveaux.



6 rue Emile Gallé, maison de 1934 par Raphaël Oudeville.

Béton armé et très larges balcons courant sur deux façades, toit terrasse (à l'origine). Fort contrate entre le crépi ocre et la blancheur des balcons et des parties en saillie. Beaux vitraux d'entrée par Georges Bassinot.


Avenue Paul Déroulède,maison de 1930 par Alfred Thomas avec pilastres canelés montant le long de deux niveaux. Balustres des garde-corps et colonnes encadrant les fenêtres sont de simples colonnes. Toit en demi-croupe.


1
Auvent, allée de Médreville; maisons vers 1935
Albert Michaut

Éléments Art déco; maison rue de Médreville


1
1910 Louis Déon, architecte; M. Dub sculpteur (haut)

1
Style régionaliste, avenue Paul Déroulède

1
1912 Immeuble par Fernand César

1

Imposte; immeuble Fernand César

1
1
1

1909 Louis Déon, architecte; Henri Suhner sculpteur

1

1909 Louis Déon, architecte; Henri Suhner sculpteur

Laxou; verrières de la brasserie "la Cigogne" par Charles Gauvillé-  (cf)

Verrières réalisées vers 1901 par le maître verrier Charles Gauville, de Malzéville, pour la brasserie de la cigogne ; restaurées par William Antoine Geisler et l'atelier 54

Porte à 2 vantaux et 3 fenêtres à châssis fixe

Sur un fond de pampre de vigne un enfant habillé à la mode troubadour porte une fiasque et un verre de vin (porte, vantail gauche) ; sur un fond de houblon un enfant habillé à la mode troubadour remplit un verre de bière, tonneau au second plan (porte, vantail droit) ; décor de pampre et de houblon (fenêtres).

Bibliographie, Nancy Art Déco par Gilles Marseille


**************

Rue de Santifontaine

Ce très ancien chemin rural a été classé comme rue le 6 juillet 1895 et a conservé son antique vocable de Santifontaine, cense qui existait déjà au 14ème siècle et qui était connue sous le nom de Sancti-Fontaine, ou fontaine du saint.

Il y avait sans doute, dans ces lointains parages, au temps les plus reculés, une source réputée miraculeuse, à laquelle on rendait un culte, et qui avait peut-être été ornée d'une statue de divinité ou de saint personnage. Sans doute aussi un ermite ou reclus avait-il sa retraite bénie en ce lieu, d'où la fontaine du saint, Santifontaine, nom donné par nos anciens à la source et à la cense.

Dès l'année 1335, l'abbé Vernier, prêtre nancéien qui fonda l'hospice Saint-Julien, assura à sa création de bienfaisance cinq quarterons de blé sur une pièce de terre qu'il possédait au ban de Laxou au lieu dit Sancti Fontaine.

C'est en 1852-53 que fut fondé, par l'abbé Nicolas Gridel né à Brouville en 1801 et mort à Nancy en 1885, l'important établissement régional des Jeunes Aveugles, dit la Maison Saint-Paul.

En 1903, une société par actions s'est constituée à Nancy pour construire, plus loin que les Jeunes Aveugles, un Pensionnat de jeunes filles, dit Parc de Santifontaine, ayant servi d'internat aux élèves du Lycée Jeanne d'Arc.


Vue de l'Institut des Jeunes Aveugles de Nancy (Santifontaine) depuis le parc Sainte-Marie en 1870; l'Abbé Gridel crée l'Institution des Jeunes aveugles de Nancy en 1853; Pas de maisons, campagne, champs, arbres

Institution des Jeunes aveugles rue de Santifontaine 1852

Dix-sept travées

Deux volutes entourent une horloge, elle même surmontée d'un clocheton. Celui-ci contient trois cloches de taille différente ...qui répondent à celles du Sacré-Coeur voisin.

Détails, photos André Lamiable Groupe Facebook nancyretro

Sainte Marie, Saint-Paul


Buste  de l'abbé Gridel par Bussière dans la cour de l'Institution des Jeunes aveugles (1893)

et médaille par le sculpteur Giorné Viard (1862) porté sur la tombe de l'abbé Gridel avec la mention:

« Nicolas Gridel, doyen du Chapître, ancien professeur au  Grand Séminaire, ancien vicaire général, ancien curé de la Cathédrale, fondateur de l'Institution des Jeunes Aveugles, misionnaire apostolique. 1801-1885. »

Le chanoine Gridel par Dedôme,  peintre 27 rue Saint-Julien Nancy- 1862

Nicolas Gridel,  ancien professeur de théologie, auteur ecclésiastique, ancien curé de la Cathédrale, ancien vicaire - général, missionnaire apostolique, fondateur de l'établissement des Jeunes-Aveugles ou Maison Saint-Paul de Santifontaine.

Nicolas Gridel, né à Brouville, le 10 mai 1801, orateur sacré de mérite et auteur de nombreux ouvrages de théologie, de pastorale et de polémique.

L'abbé Gridel fonda la maison Saint-Paul pour les jeuues aveugles de la région,,el. il mourut à Nancy, le 6 avril 1885. Homme énergique et très actif, dur avec lui-même et avec les autres, souvent en lutte avec ses supérieurs, sa réputation a franchi les limites de la Lorraine.

Un buste en bronze, oeuvre très vivante du sculpteur  Bussière, lui a été élevé en 1893, dans la cour d'honneur de l'Institution des Jeunes Aveugles. Son centenaire a été solennellemenl célébré en 1902.

Son tombeau est à Préville, avec médaillon en bronze (photo ci-dessus)


Ancien pensionnat/ externat Jeanne d'Arc, parc de Santifontaine

 Construction décidée en 1903 Architecte Jasson

Rectorat de Nancy ,  le DIFOR, lieu de formation des personnels de l 'Académie de Nancy-Metz


retour à l'accueil