retour à l'accueil NANCY

Paul Rémy
Alfred Renaudin
Henri-Paul Royer
Robert Rutz
Jean Rouppert
Claude-Jules Renauld

*****

Paul Rémy (Nancy 1897-1981)




Paul Rémy (autoportrait et photo studio M. Carpentier)


Une de ces vocations que l'on dit , avec raison irrésistible , le poussa de bonne heure vers l'art pictural.

Paul Rémy étudie la peinture à l'École nationale supérieure d'art de Nancy et entre dans l'atelier de Jules Larcher qui est un peintre spécialisé dans les natures mortes mais aussi le directeur de l'École nationale supérieure d'art de Nancy et du Musée des Beaux-Arts de la ville de Nancy de 1886 à 1920.

 En 1911, Jules Larcher, lui apprend ainsi à cultiver ses dons, suivant des méthodes éprouvées.
 En 1914, il se préparait à gagner Paris , foyer des Arts, lorsque la Grande Guerre éclate et, en guise d'atelier, lui procure pendant quatre années, le dangereux abri des tranchées .
 Il s'y montre remarquable d'allure et d'entrain : une magnifique citation en témoigne.
 Il a compté parmi les meilleurs artistes anciens combattants, si bien qu'à leur exposition, ses envois y sont tout particulièrement remarqués .

Une de ses premières peintures, intitulée "Les tranchées" et réalisée juste après la guerre de 1914-1918, fut acheté par l'État une autre peinture "Mélodie" fut acheté par l'État en 1938.

 A Nancy, c'est la Société lorraine des Amis des Arts et au Salon Lorrain de Printemps qu'il expose, ainsi qu'à Paris et en Belgique .
 A St Dié, Epinal, Metz on accroche ses toiles et les amateurs bien avisés s'en procurent la possession.
 Les critiques d'art Lorrains, pourtant réputés difficiles s'inclinent devant son talent.
 Voici ce que René D'Avril écrit sur lui:  "Venant après des artistes connus,  les Friant, les Prouvé, les Desch, les Renaudin, les Henri Royer, les Aimé Morot, Paul Remy a continué, en ses tendances diverses, leur noble tradition."
Sa production d'œuvres de qualité lui valut des critiques élogieuses dans la presse en général, en particulier pour ses caricatures des professeurs et du personnel de la Faculté de Pharmacie de Nancy. L'album fut édité en 1921 chez Berger-Levrault; il rassemble seize portraits-charges des enseignants représenté dans l'exercice de leur fonction d'enseignement ou de recherche.

 Parmi ses œuvres se distingue beaucoup de nus, des gitanes, des paysages lorrains,  des fleurs, des natures mortes et beaucoup de portraits, il était surnommé le poète des fleurs et des nus.
 Il exposait souvent à Nancy rue Stanislas et à la galerie J. Scherbeck où en 1938  ses tableaux tels que  une femme tricotant, des nus, une femme en prière, un accordéoniste, une gitane suscitent une affluence journalière qui témoigne de l'ascension constante de ce grand artiste. Il réalise en 1940 des illustrations de cartes postales humoristiques et des affiches.

 Il décède à Nancy le 23 mars 1981 à l'âge de 83 ans .

Référence Groupe Nancyretro Facebook




 Par Paul Rémy, dessin de sa fille



Bal du 14 juillet par l'artiste nancéien Paul Rémy

Extrait tiré du journal Les Potins Lorrains de 1928:
Un des grands succès du Salon est la magistrale composition de Paul Remy , les regards  sont attirés et séduits par sa maîtresse toile "Le Bal Populaire" dans laquelle toutes les brillantes qualités de l'artiste se sont hautement affirmées.
Paul Remy à su traduire , et de belle manière, le grouillement d'une foule populaire un soir de 14 juillet, dans les tonalités de clair obscur d'une belle justesse .



Paysan et ses chevaux de traits sous la pluie



Nu lisant



1927 Paysage



Nu à la fenêtre



L'atelier du peintre.
Huile sur toile, signée et datée 1940 en bas à droite. 81 x 100 cm.



La gitane à l'enfant
Huile sur toile Signée en bas à droite 92 x 65 cm



Bouquet de fleurs



Nature morte avec chinoiseries et fleurs

Huile sur toile, 84 x 120 cm

Signé et daté 1943, en bas à gauche



La Petite Gargouille, Briançon.
 Huile sur toile, signée en bas à droite. 55 x 38 cm. 50 euros Avril 2022



Portrait d'élégante



Carte postale,"Silhouettes nocturnes"



Gitane au campement



Paresse



sans titre



Nu allongé



Femme en buste dans un intérieur 1923



La Toussaint



Paul Rémy sur la terrasse de sa villa de Gondreville



Paul Rémy dans son atelier du Vieux Nancy



La liseuse



la danseuse



Modelage, "le petit vendeur de journaux"



Portrait de femme 1964

*************************************************

Alfred Renaudin (La Neuveville-lès-Raon 1866, 1944)

Généalogie

Association "Les amis d'Alfred Renaudin"


Alfred Renaudin , décorateur de faïences à Lunéville puis peintre paysagiste  après avoir fait les Beaux-Arts de Nancy et connu H. Harpignies à Paris. Chaque nancéien connait sa propriété Art Nouveau de la rue Pasteur. On connait surtout ses représentations des campagnes lorraine et auvergnate.

"Alfred Renaudin s’est illustré durant l’entre-deux-guerres à travers ses vues émouvantes des destructions allemandes et ses paysages de la campagne lorraine. « Aucun peintre n’a mieux rendu l’atmosphère de la Lorraine et les Vosges que Renaudin au travers de cette brume toujours en suspension et ces gris si difficiles à exprimer qui lui valent le surnom de ‘Monsieur gris subtil’" (Interenchères)

On pourra lire  et ICI





Eléments d'architecture de la maison d'Alfred Renaudin dite Maison Ambiel ou Maison Renaudin, réalisée par Lucien Bentz rue Pasteur en 1902



document JP Puton et document Brigitte Hellio Caquelin (page généalogique), Groupe Nancyretro



Avricourt, 1932
Figure dans le catalogue de l'Exposition Alfred Renaudin à Lunéville du juillet à septembre 2015



Cirey-sur-Vezouze



La Brénon à Vézelise

Aquarelle post-impressionniste, signée en bas à gauche. 17x24.5 cm

Provenance : collection du docteur Émile Simon, médecin chef à hôpital de Lunéville autour de 1900
// 410€ vente à Vendôme le 20/03/2022



Le château de Réchicourt 1932



Vieille muraille à Réchicourt



Pêcheur à la ligne auprès d'un moulin, 1915
Moulin de Xerbeviller

Toile, signée en bas à droite, située "Lunéville" et datée 1915. 50x73cm
45 Chemin de Saint-Léopold Lunéville

Provenance : collection du docteur Emile Simon, médecin chef à hôpital de Lunéville autour de 1900

4800 € le 20/03/2022 à Vendôme

Moulin à blé fondé en 1686 (daté par source) ; acheté en 1797 par Sébastien Keller, propriétaire de la faïencerie de Lunéville qui le transformé en moulin à terre, à émail et à gypse ; s'y ajoute une plâtrière ; l'ensemble des bâtiments est reconstruit dans la 1ère moitié 19e siècle (daté par source) ; détruite en septembre 1914, l'usine est partiellement reconstruite en 1920 (daté par source) puis désaffectée entre 1930 et 1934 et convertie en maison.
Le gypse entrait dans l'élaboration de certaines pâtes céramiques ; l'usage du plâtre était réservé à la confection de moules à barbotine ; en 1872 les roues hydrauliques sont remplacées par des turbines. Sur un bras de la Vezouse.



Bord de rivière.

Huile sur toile, signée en bas à droite, 1891; 52 x 72 cm.




1890 - Ruines
Vente 1200 euros le 22/11/2021



1924 Ruines du château de Blamont



Gerbéviller Mai 1915



 Gerbeviller- Incendie par les Allemands le 24 aout 1914.
 Huile sur toile. Signé en bas à droite et titré en bas à droite, daté 1915. Dimensions : 50 X 84 cm   4700 euros le 19/12/2021 Nancy



Mai 1915



La Chambre des Députés, vue de la Seine.
 
Porte le cachet de la signature en bas à droite. Quelques griffures visibles. Certificat d'authenticité de la fille de l'artiste au dos. 50 x 73 cm (Drouot)



Paris, Notre Dame et le pont Saint Michel depuis les quais, 1917 - 51x72cm

9600€ le 21/02/2022 Metz



Le pont d'Essey-les-Nancy



Le pont d'Essey, début 20ème siècle, carte postale ancienne



Le pont de Malzéville



Rue à Ourche-sur-Meuse



1923 Baccarat



"Jeanne d'Arc, toute armée a passé sous cette porte le 23 février 1429, dans le fond de la vallé de Domremy."
 Huile sur panneau 16 x 22 cm. Signé en bas à droite A Renaudin 1910 (Drouot)



Metz 1921 (*)



Verdun



Petitmont, signée 97 (provenance collection Louis Burtin) *



Lavandière (*)



Paysages huiles sur panneau



Ferme lorraine à la clématite et étude de clématite.

Aquarelle, signée, située et datée (18)97 en bas à droite. 19 x 28 cm

1800 euros le 26 mars 2022 Saint-Dié



Baccarat, le jardin sur l'eau (*)



Varenne -en-Argonne (*)

* Collection Louis Burtin : mobilier, tableaux et livres. Le sculpteur Jean-Louis Burtin (1878-1940), ami d'Emile Friant et des artistes lorrains de la fin du XIXe et du début du XXe, est l'auteur des décors de nombreux édifices nancéiens (Excelsior, Chambre de commerce, immeuble de l'Est républicain...). Il réunit au cours de sa vie une collection de tableaux et d'objets d'art.




Varennes en Argonne. Dessin à l'encre sur papier, signé et daté 03





Liverdun 1910
Property from the Owensboro Museum of Fine Art, Owensboro, Kentucky



Blénod-les-Toul
vente à Nancy en oct 2021: 3500 euros



Alfred RENAUDIN (1866-1944). Matinée d'automne sur la Meurthe à Raon l'Etape, 1926. Huile sur toile, signée et datée en bas à droite.



 1920 "Soir d'été à Domèvre sur Vezouze"



Place du Tertre, Montmartre 1927
3500 euros en oct 2021 en salle des Ventes de Charleville- Mézières



Montmartre, 1899 année de construction du Sacré-Coeur
la Tour Eiffel a 10 ans



Renaudin : "Les foins", huile sur toile signée en bas à droite




Liverdun, Alfred Renaudin travaillant sur la peinture ci-dessus représentée

Avec ses plages encore à l’état sauvage qui bordaient la Moselle pas encore canalisée, Liverdun est devenue, dès la seconde moitié du XIXe  siècle, un grand pôle d’attraction pour la société nancéienne. Chaque dimanche, pendant les beaux jours, les plages, animées par de nombreuses guinguettes, se remplissaient de bourgeois arrivés en train depuis Nancy distante de 17 km. Surnommée « le petit Deauville », l’ancienne cité médiévale fut un lieu privilégié d’inspiration pour les peintres, dessinateurs, lithographes, amis d’Eugène Corbin, le grand mécène de l’École de Nancy.
Attirés par le cadre pittoresque de Liverdun, Quintard, Renaudin, Mexmoron, Fagonde, Dieudonné, furent quelques-uns de ces artistes à y poser leur chevalet pour immortaliser la cité et son cadre naturel. À cette époque, la famille Corbin y possédait un château situé au cœur du village qui porte aujourd’hui son nom, et le Château de la Garenne, dans un domaine de 18 hectares (le Domaine des Eaux Bleues) qui fut imaginé par les plus grands noms du courant de l’Art Nouveau (Majorelle, Grüber, Vallin…), aujourd’hui occupée par une structure pour déficients visuels.(Est Républicain)



Gravure "la Lorraine" appartenant à une série de 22 gravures en couleurs au pochoir concernant les costumes régionaux français. Dimensions : 21 x 28 cm
Signée NAUDY



Alfred Renaudin
Elégantes en déshabillé.
Deux lithographies dont une signée en bas à droite E. Naudy.



 « Vallée de Celles sur Plaine. Vue générale de Bionville et Allarmont ».



Fillette et son chien au bord de l'eau à Liverdun



Pont à Fontannes



Parc de Domèvre, aquarelle 1894





sa maison art nouveau, rue Pasteur à Nancy

 Chacun connait la maison Art Nouveau du peintre au 51 rue Pasteur à Nancy.
 La maison dite villa Renaudin a été construite en 1902 pour madame Georges Ambiel par Lucien Bentz, architecte à Nancy. Le décor sculpté est réalisé par le nancéien Auguste Vautrin (1868- 1921), la date et les noms de l'architecte et du sculpteur sont portés par la façade antérieure sur la chaîne d'angle droite ; Jacques Gruber (1870 1936) , peintre verrier nancéien exécute les verrières ; la maison est achetée en 1906 par le peintre lorrain Alfred Renaudin (1866- 1944) ; le décor peint de la cage d'escalier a disparu et les verrières de Jacques Gruber ont été hélas détruites.




La maison du 51 rue Pasteur peinte par son propriétaire en 1906

*************************************************************


Henri-Paul Royer (Nancy 1869- Neuilly 1938)



Généalogie

Fils de l’imprimeur lithographe nancéen Jules Royer (rue de la Salpêtrière, Nancy / généalogie), Henri Royer rencontre Emile Friant à l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy et ce dernier l’influence beaucoup. Il s’inscrira à l’Académie Julian (*). Henri Royer enseigne la peinture à Jacques Majorelle à Paris et, en 1906, participe à la décoration de la villa Majorelle à Nancy.
(*) L'Académie Julian est une école privée de peinture et de sculpture, fondée à Paris en 1866 par le peintre français Rodolphe Julian, école qui regroupait à son apogée, plusieurs ateliers.

Peintures:

Super Flumina Babylonis (La captivité des Juifs à Babylone), 1873. Oil on canvas, 1.45 x 1.13 m, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris.
Daphnis et Chloé, exhibited at the Salon de Paris in 1873.
Médée, exhibited at the Salon de Paris in 1877. Musée Barrois, Bar-le-Duc, France.
Mlle M. d'Epinay, exhibited at the Salon de Paris in 1877.
Victoria, 1878, Watercolour portrait on paper, 0.12 x 0.09 m. Private collection M.J. Waterloo, Amsterdam - The Netherlands.
The good Samaritan, study, 1878. Oil on canvas, 0.56 x 0.38 m. Petit Palais,Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, France.
Les Ambronnes (Ambrones), 1879. Épisode de la bataille d'Eaux-Sextienne. Musée des beaux-arts de Nancy (in storage), France.
Herodiade, 1880.
The good Samaritan, 1880, Oil on canvas, 2.69 x 1.98 m, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, France.
Monsieur Barthelemy Crepy, 1880. Oil on canvas, 1.02 x 0.80 m, Musée des beaux-arts, Lille, France.
Madame Agache, 1880.
Mademoiselle Agache, 1881.
Madame Julia Bartet, 1881. Carnavalet Museum, (Musée Carnavalet, Paris), France
Jesus of Nazareth, 1883. Musée des beaux-arts de Nancy (in storage), France.
Dryade, 1884.
Bravo, Toro, 1884.
Monsieur Jules Claretie administrateur de la Comédie-Française (1840-1913), no date - between 1880 and 1890. Oil on wood panel, 0.35 x 0.24 m, Carnavalet Museum (Musée Carnavalet, Paris), France.
Monsieur Victor Hugo, 1885. Oil on canvas, 1.10 x 0.88 m. Maison de Victor Hugo (Hauteville House), Guernesy, France.
Monsieur Jules Laroche, sociétaire de la Comédie-Française (1841-1925), no date - around 1885. Oil on wood panel, 0.27 x 0.22 m, Carnavalet Museum (Musée Carnavalet, Paris), France.
Comtesse de Fontarce, 1885.
Comte de Gironde, no date. Oil on canvas, 1.46 x 0.92 m, Musée Ingres, Montauban, France.
Jeune Juive, no date. Etude, oil on wood panel, 0.27 x 0.22 m. Private collection M.J. Waterloo, Amsterdam - The Netherlands.
Rezonville, Musée d'Orsay, Paris, France.
Madame Aline Leon, 1887, Musée des beaux-arts de Nancy (in storage), France.
Reichshoffen, 6 August 1870, 1889. Oil on canvas, 4.30 x 8.00 m, Palace of Versailles, Musée de l'Histoire de France (Versailles), France.
Prisonnier, no date. Oil on canvas, 1.10 x 1.28 m, Musée des beaux-arts, Lille, France.
Mademoiselle M. Gérôme (on horseback), exhibited at the Salon de Paris in 1890.
Monsieur Eugénidi, 1895.
Mademoiselle M. Gérôme, 1895.
Prince d'Arenberg, 1897.
Monsieur Jean-Léon Gérôme, 1897.
Comte de la Rochette, 1898.
Madame Depret, 1898.
Monsieur Chevalier, 1899.
Monsieur Édouard Detaille, 1899. Oil on canvas, 1.50 x 0.90 m, Palace of Versailles, Musée de l'Histoire de France (Versailles), France.
Comte de Fontenay, 1900.
Josephine Prouvost, no date. Oil on canvas.
Monsieur Louis Stern, 1900. Oil on canvas.
Comte Creuzé de Besser, 1900.
Monsieur Cronier, 1901.
Retour de la chasse au lion (Au Tableau), 1902. Oil on canvas. Musée des beaux-arts de Nancy, France.
Madame Aymé Darblay, 1902.
Monsieur Jacques Goldschmid, 1903.
Monsieur Denormandie, 1903.
Madame Aimé Morot et sa fille, 1904.
Mademoiselle Desmarais, 1904.
Monsieur Gustave Eiffel, 1905. Oil on canvas, 1.41 x 0.99 m, Palace of Versailles, Musée de l'Histoire de France (Versailles) France.
Ernest Hébert, 1905. Oil on canvas, 1.24 x 0.95 m, Palace of Versailles, Musée de l'Histoire de France (Versailles), France.
Rex, Exhibited at the Salon de Paris in 1907 (published as postcard).
Lion before his Prey, 1907
Portrait of a girl, 1909. Oil on canvas 0.40 x 0.32 m. Private collection M.J. Waterloo, Amsterdam - The Netherlands.
Frère et Soeur, 1911.
Une Scène de Déluge. Musée des beaux-arts de Nancy (in storage), France.
(référence)



Le vagabond, l'oeuvre qui a fait connaître l'artiste.
 Expositions de 1890 à Paris
et à Nancy





 "Jeune femme"



par Henri-Paul Royer



ELÉGANTE DANS L'ATELIER 1894
 Anciennement Collection Louis Corbin



 « Portrait de jeune fille », Technique mixte, aquarelle et pastel sur papier.
 Signée en bas à droite. H : 59 L : 50 cm



Femme à la couture dans un intérieur, 1886

Huile sur panneau signée, située 'Marken" et datée "86" en bas au centre

H. 37 cm L. 47 cm - 380 euros 29/11/2021




Nymphe au MBA de Nancy



Dessin, projet d'affiche  « EN LORRAINE LIBEREE »
Crayon, sanguine, et rehauts de blanc
( Salle des Ventes Anticthermal Nancy le 26/09/2018)



Femme accoudée



Portrait de jeune femme



Femme assise dans un jardin 1895
huile sur panneau



Les barques



Quelques pastels et dessins témoignent d'une élégance et d'une finesse de trait qui  firent comparer Henri-Paul Royer à Ingres et rappellent qu'il fut célèbre à son époque pour ses portraits.



Aux champs (Etude préparatoire)
Huile sur toile, signée en bas à droite et datée 93



Portrait au crayon du maire de Nancy Henri Mengin



Cette huile sur toile de 1898 déposée au Musée des Beaux-Arts de Quimper (Finistère) est intitulée "L'Ex-Voto".
 
Oeuvre du peintre Henri Royer, elle représente un marin du Cap-Sizun offrant avec dévotion et pieds nus une maquette de bateau devant la statue de la Vierge à l'Enfant dans l'église de Saint-Tugen, remerciant ainsi la Vierge de l'avoir sauvé d'un naufrage. Sa famille et la population du petit village l'accompagnent pieusement.



Bretonnes assistant au départ des barques

MBA de Nancy



Les pêcheurs



Pardon en Bretagne



L'Aurore; Batailles de la Marne,de l'Yser, de la Somme, de Verdun 80x60 cm



«Belle Lorraine, tu as aimé toujours fidèlement la France, et tu épingleras cette rose sur son drapeau victorieux que son héroïsme t'a rendu!» 1871



Précoce 1888 Musée d'Art et d'Histoire de Toul

 
Soirée




Henri Royer pour Bernard Puton
Etude de femme accoudée
Sanguine et crayon sur papier signé, dédicacé en bas à droite, titrée en haut




Deux études de visages de femme
Trois crayons, traces de crayon de couleurs
31,4 x 39,5 cm et 37,3 x 27 cm
Les deux signés en bas à droite à la sanguine


***********************************************************************

Robert Rutz, peintre nancéien



Nancy, la place Stanislas par Robert Rutz, peintre et décorateur au théâtre de Nancy dans les années 1920



Autre oeuvre de Robert Rutz




 Robert Rutz, Nature morte, huile sur toile signée en bas à gauche

***************

Jean Rouppert (1887 Custines- 1979 Bussières _Loire)

Dessinateur, peintre, affichiste, sculpteur

On pourra lire un site qui lui est consacré, avec galerie

Bel article de 2008

Un livre

Après trois années à travailler ici et là, il part en Afrique en 1906 dans l'armée coloniale. On le retrouve ensuite aux Aciéries de Pompey, comme son père, puis comme  apprenti décorateur / dessinateur aux Etablissements Emile Gallé à Nancy de 1913 à 1924. Cette période est cependant interrompue par la guerre qu'il effectue dans l'artilerie en Lorraine, dans les Ardennes et dans la Somme. Il retrouvera l'atelier de Gallé en 1919. Son mariage avec une institutrise roannaise date de 1914. Après cette période nancéienne, il ouvre  un atelier à Lyon puis à Saint-Amand- les- Eaux où il réalise une multitude de dessins et des sculptures sur bois.



Jean Rouppert (1887-1979) est un artiste
nanceien, employé comme décorateur chez
Emile Gallé a Nancy, puis dessinateur dans les
Etablissements Gallé avant d’ouvrir son propre atelier
à Lyon en 1925 ou il réalisera bon nombre
de sculptures en bois massif et des oeuvres graphiques.




Quatre motifs pour papier peint. Aquarelle sur papier.
Cachet Atelier Jean Rouppert au dos,




Danseuse d'Inde
Circa 1930
Encre noire, aquarelle et gouache



Poissons volants



Nu a la vegetation. Bas-relief en bois sculpté
vernissé rehaussé de dorure en haut-relief sur base
quadrangulaire.




Atelier Jean ROUPPERT
"Femme au chapeau noir". Aquarelle et crayon
sur papier.
Signe en bas a droite, date 1918 et cachet Atelier




Période art décoratif chez Gallé

L'ex ouvrier sidérurgiste Jean Rouppert qui a passé trois ans aux aciéries de Pompey,  rend compte en 1915 dans une lettre adressée à Madeleine Labouré, une institutrice à Roanne qu'il a épousée quelques mois plus tôt, de l'ambiance qui règne dans les prestigieux ateliers d’Emile Gallé ou il est embauché en 1913:
“Que de jolies choses il y a, ma petite Mad, en cet atelier. Là les mauves s’irradient sur une rose transparente, des glycines fleurissent sur un fond d’or, des ombelles jaunes se tordent sur du rubis. Ici des nénuphars s’échevèlent sur un vert délicieux, des arbres se dressent sur une perspective montagneuse et violette. Des cygnes se prélassent en des pièces d’eau, des libellules volent au-dessus de merveilleux iris, des hirondelles se poursuivent sur le pourtour d’abat-jour sanguins. On voit toute la symphonie des couleurs et la diversité des verres. Dans l’atelier du dessous, on travaille le bois et des ouvriers sculptent des meubles délicieux. Des guirlandes en marqueterie mettent du charme partout et rivalisent avec les carrelures les plus délicates. L’atelier ressemble à une serre, devant les fenêtres, il y a des pots emplis de fleurs. Et chaque matin, ceux qui ont des fleurs les arrosent. L’atelier ressemble aussi à une volière. Les oiseaux étant muets sur les vases, ce sont les hommes qui sifflent, chantent, et plus souvent braillent pour eux. Au deuxième étage, il y a encore un atelier de décors. Une quarantaine de femmes et de demoiselles y travaillent et leurs romances répondent à nos couplets.” (cf)



Dessin sur l'horreur de la guerre




Le fusillé (article référencé ci-dessus)




Affiche




Jeunes filles et puma (bois)



Sculpture sur bois



Nu a la vegetation. Bas-relief en bois sculpté
vernissé rehaussé de dorure en haut-relief sur base
quadrangulaire.


Salambo,
Sculpture en bois représentant un buste.
Circa 1955-1958

Jean ROUP87-1979)
Salome,
 c. 1942. Bas-relief en bois sculpté

vernissé en haut-relief sur base quadrangulaire



L'artiste en 1969 (article référencé  ci-dessus)

***************

Claude-Jules Renauld (1820-1883)

Peintre, ancien avoué , juge suppléant au tribunal de Nancy
Vice président du Comité  de la Société d'Archéologie Lorraine
Auteur de " la ville de Charmes-sur-Moselle au 16ème et 17ème siècle"

La cour de l'Enfer et le Point Central à Nancy au 17ème siècle par Jules Renauld
(Voir aussi sur le même thème)
Le corps des perruquiers à Nancy par Jules Renauld
Nécrologie de Jules Renauld 1883





Vue de Nancy

(version originale Bibliothèque Municipale de Nancy pour agrandissement)

Dessin au crayon graphite, encre et aquarelle sur papier ; 331 x 500 mm

*****************************************

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

retour à l'accueil Nancy