retour à l'accueil NANCY

EcoQuartier "Grand Coeur"

Evolutions architecturales du quartier et fouilles



Dans le cadre des travaux du quartier Nancy Grand Cœur, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) a mis à jour un mur datant du début 17ème siècle et appartenant à l’ancienne enceinte de Nancy (ER du 17/09/2015).Le sondage est situé à quelque 20/30m du Pont des Fusillés. Les recherches et relevés de ce sondage sont terminés et le trou a été rebouché aujourd’hui 17/09. Un autre sondage est prévu ce jour un peu plus loin, au droit de l’immeuble Joffre.

Les fortifications de la Ville-Neuve, des hommes, des dates.

 Jean Baptiste Stabili arrive en 1598 à Nancy comme intendant général des fortifications. Il prend la relève de l’ingénieur des fortifications de la Ville-vieille Galeani et crée le plan des fortifications de la Ville-Neuve.

 Les bastions utilisent les dernières inventions, par exemple des renfoncements, le système à orillons attribué à Jean Errard (1554-1610), ingénieur meusien qui travaille sous les ordres des ingénieurs « fortificateurs » italiens et révolutionne l’art de fortifier. Ces orillons permettent de mieux surveiller la courtine tout en restant à l’abri.
 Stabili meurt en 1611 avant la fin de la réalisation des travaux, travaux qui seront poursuivis par Nicolas Marchal, ingénieur en 1597 puis entrepreneur en 1603 qui a l’obligation de terminer en sept ans les fortifications selon les plans de Stabili ; il a déjà travaillé sur les fortifications de la Ville-Vieille. Sa mort en 1611 ne lui permet pas de respecter le contrat signé avec Charles III. Il faut toutefois relativiser l’échec puisque le duc souhaite de nombreuses modifications au fur et à mesure de l’avancement du projet initial ; Stabili rend Marchal responsable des retards et l’écrit au duc Henri à la mort de Charles III en 1608.

Jean Lhôte ingénieur nancéien prend la succession de Stabili et devient ingénieur des fortifications pour Henri II en 1613. Tous les travaux avec lunes, demi-lunes, cavaliers, fossés, contrescarpes devant les bastions, glacis… ne seront terminés qu’en 1630.

Selon Vauban, l’ouvrage des fortifications de Nancy est un chef-d’œuvre.

 En 1661, les fortifications de la Ville-Neuve commencent à être détruites sur ordre de Louis XIV (traité de Vincennes entre Charles IV et Louis XIV) puis reconstruites en 1672 lorsque Louis XIV déclare la guerre à la Hollande. Les travaux de reconstruction sont alors réalisés par M. de Saint-Lô sous l’autorité de Vauban ; ils s’échelonnent de 1673 à 1679 pour la Ville-Neuve, après ceux de la Ville-Vieille terminés en 1673. On retrouve alors les fortifications voulues par Charles III avec quelques modifications tout de même, dans la forme, les matériaux, la hauteur.

Le traité de Ryswick de 1697 ordonne la destruction des fortifications de la Ville-Neuve, destruction réalisée en 1698 sauf pour le bastion Saint-Thiébault qui retient les eaux de l’étang Saint-Jean.

Un mur d’octroi remplace ces fortifications en 1714.

****

17/09/2015- Les restes des anciennes fortifications de Nancy étudiées par l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Fouilles dans le cadre des travaux devant permettre l'accès au Pont des Fusillés. (nouvelle rue Edmonde Roux, voir plus bas)

Ci-dessous, mise à jour d'un mur près du boulevard Joffre / pont des Fusillés



Depuis le boulevard Joffre, vue du chantier des fouilles. (en bas). En face, la rue Gabriel Mouilleron (anciennement rue de l'étang)
Depuis le Pont des Fusillés, vue de l'emplacement des fouilles (en haut)




Le trou des fouilles est situé au niveau du bastion de Saurupt (flèche rouge)
 Emplacement du trou avec superposition des fortifications (plan de 1908-BNF)
 La rue de l'étang est la rue Gabriel Mouilleron actuelle; l'emplacement de la synagogue en repère et le pont des Fusillés.



Photo Est Républicain

Un mur des anciennes fortifications de Nancy au niveau de l'ancien bastion de Saurupt

*****

Pendant ces fouilles, de nouvelles constructions de bâtiments d'habitations et de bureaux apparaissent au voisinage:


5 févr 2016, pose de la première pierre du Central Park, ensemble de deux bâtiments dont l'un pour Nexity avec 85 logements, 3800 m2 sur 6 étages et 3 commerces. Nous sommes près de la caserne des pompiers.
 (voir le plan cf D1 et E1 Nexity (logements) et Franck Immobilier (bureaux))

 13M€ d’investissement. 3600 euros/m2. Livraison 2017.
 Façades en pierres de Sénonville (Meuse) non agrafées, épaisseur 10cm.

Architectes Odile Seyler et Jacques Lucan.

Le dossier du cabinet d'architectes donne des précisions sur cette construction
 ( pages 22-23)

 Le même cabinet réalise à côté des bureaux pour Franck Immobilier, livraison 2017 également
 (pages 46-47)






Mars 2016- Le chantier "Foncière des Régions O'Rigin" (*) situé non loin du chemin de fer et de la caserne des pompiers avance bien pour une livraison début 2017. Nous sommes au repère B du plan ci-dessous.
 6600 m2 de bureaux à venir.

 " O’rigin prévu pour recevoir dans quelque 18 mois la délégation régionale d’EDF. Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy était présent à l'inauguration ainsi que Jean Laurent président du CA de la Foncière des Régions et MM Rossinot et Hénart. EDF occupera 77% du bâtiment."






D'autres fouilles du côté de l'ancienne prison Charles III

 Les bâtiments de la prison étaient ceux d’une manufacture de tabac crée en 1716 sous le duc Léopold dans le « quartier de l’équitation ». En 1824, les lieux se transforment en maison de justice et de correction puis en maison d’arrêt en 1857. Six projets de démolition ont été discutés depuis le début du 20ème siècle pour des raisons d’urbanisme ; le projet Nancy Grand Cœur a conduit à la disparition de la prison. Dans cette zone aujourd’hui démolie, Bouygues Immobilier prévoit la construction de logements avec vue sur Parc (voir les plans précédents, le secteur Bouygues)

  Avril 2016- Actuellement, les archéologues de l’INRAP ont démarré des fouilles et un large bandeau d'information rappelle sur place ce qu’est l’archéologie préventive depuis le paléolithique jusqu’aux temps modernes à savoir de 1500 à nos jours.
 La fouille est prévue jusqu’au 8 juin 2016. Nous avons déjà indiqué précédemment les fouilles qui avaient été conduites entre le pont des Fusillés et la caserne des pompiers au niveau de l’ancien bastion Saint Thiébaut. La fouille actuelle concerne 9000 m2, du côté du bastion de Saurupt, l’objectif visé est la connaissance du front bastionné construit en 1630 et détruit en 1697 (traité de Ryswick).





Vue générale du chantier de fouilles. Le bus est sur la voie qui longe la voie ferrée.
 Nous sommes à droite en venant du pont des Fusillés et en descendant vers la rue Charles III.




  Plan de 1822 montrant le quartier et la maison de correction qui deviendra prison
 Plan de 1909 montrant ce qu'on imaginait à l'époque de l'emplacement de la prison en relation avec les anciens remparts dont le BASTION DE SAURUPT.



Sauvons les vestiges des fortifications de la Ville- Neuve de Charles III

 André Vaxelaire, professeur émérite de l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy, interpelle les élus, pour sauvegarder et valoriser les vestiges des fortifications menacés par le projet Nancy Grand-Cœur

 Voilà une excellente démarche entreprise par le professeur A. Vaxelaire qui je l’espère aboutira avec l’appui de tous les Nancéiens. Comment un permis de construire a-t-il pu être délivré avant même que les conclusions des fouilles ne soient connues ?

Voir

 Concerne les îlots M et I2
"Sur le site de l’ancienne prison Charles-III, l’OPH de Nancy et Bouygues Immobilier doivent créer 9.000 m² d’habitations (îlot I3). La livraison est prévue en 2017. Le terrain est actuellement en cours de préparation.
 Juste à côté, la société Cirmad, filiale de Bouygues, et l’OPH de Nancy, doivent investir dans un programme identique (îlots N et M). Adim Est doit investir également dans un programme de bureaux et habitats (îlot 12). Le nouveau quartier doit être achevé en 2020."






Ville-Neuve: le bastion de Saurupt sur le plan de de La Ruelle de 1611


 Rappelons que depuis 2010 des fouilles intéressent Nancy Grand Cœur pour ce qui concerne les anciennes fortifications.

 Des fouilles ont d'abord été réalisées au niveau du bastion Saint-Thiébaut près de l’ancien étang Saint-Jean et des éléments très intéressants ont été trouvés à l’emplacement du parking souterrain du nouveau Palais des Congrès à savoir un globe décoré de trois fleurs de lys, surmonté d’une couronne et flanqué de fûts de canons, étendards et trompette, un bloc de 4 tonnes sculpté aux armes de France. La Drac (direction des affaires culturelles) a souhaité que ces éléments intègrent le Musée Lorrain. Je suppose que cela a été fait.
 Depuis cette date d’autres fouilles ont été entreprises, pour, à ma connaissance, préciser l’emplacement exact des fortifications entre Saint-Thiébaut et Saurupt.
 Pour ce qui concerne les fouilles au niveau de l’ancien bastion de Saurupt, la Drac aura à se prononcer sur l’intérêt de conserver telle ou telle partie : conservation au Musée Lorrain d’éléments intéressants ou sauvegarde du lieu en tout ou en partie. C’est cette sauvegarde que défend le professeur Vaxelaire.

 Il est évidemment important sur le plan patrimonial de se poser la question d’une sauvegarde. Nous avons, me semble-t-il (1) sous les yeux, les restes des fortifications reconstituées par Vauban à la demande de Louis XIV afin de protéger Nancy et la France (2). Elle représente l’affirmation de l’autorité du roi sur la ville au dépens de celle des ducs de Lorraine lors de la deuxième occupation de la cité ducale par les Français.
 Alors que le projet de rénovation du Palais Ducal-Musée Lorrain s’active, il est ainsi doublement opportun de se poser la question de l’intérêt d’une sauvegarde d’une partie des fortifications.

(1) Sur les anciennes fortifications de Nancy Ville-Neuve construites, détruites, reconstruites, redétruites,... :
Voir, ICI
(2) construites par Monsieur de Saint-Lô sour l'autorité de Vauban





vers Nancy Rue de Phalsbourg



vers la rue Charles III





Différents types de murs, d'épaisseurs, de matériaux


Un affichage indique sur place le projet immobilier prévu dans cette zone:



Permis de construire du 30 juin 2016 au profit de Linkcity Nord Est à Nancy pour un immeuble de 97 logements cellules commerciales et locaux professionnels 23 m de hauteur et 2 étages de parking pour une superficie de terrain de 1800m2
 Linkcity est la nouvelle marque des filiales de développement immobilier de Bouygues Construction

*****


Du côté du Pont des Fusillés, évolution des axes de circulation

 Pas évident d’imaginer le futur du lieu au printemps 2016, les axes de circulation,...  voilà l’essentiel :

 Le projet Jean-Marie Duthilleul fait apparaître:

 - une nouvelle rue au nom provisoire, "rue Poirel prolongée", exactement dans l’axe le la rue Poirel actuelle. Elle ne démarre qu’après la CPAM et l’école Didion-Raugraff , devant la synagogue et se dirige en montant vers le milieu du Pont des Fusillés;
- par ailleurs, le Pont des Fusillés est raccourci de moitié, ne restera que la partie enjambant les voies SNCF;
 - la caserne des pompiers disparait de même que le boulevard Joffre;
 - la rue Charles III est prolongée jusqu’au milieu du pont, créant une patte d’oie avec la rue Poirel prolongée et le pont restant;
 - sous les rampes de la rue Charles III prolongée et de la "rue Poirel prolongée", un parking est construit réservé aux immeubles en construction qui n’ont qu’un étage de parking compte-tenu de la qualité du sous-sol (on commence à creuser les fondations du parking, voir photo du post précédent);
 - la "rue Poirel prolongée" et le prolongement jusqu’au pont de la rue Charles III respectent la structure en damier de la ville Neuve de Charles III.

La rue Poirel prolongée et le prolongement de la rue Charles III respectent la structure en damier de la Ville-Neuve
 Un moitié du Pont des Fusillés disparaît
 Sous la rue Poirel prolongée et le prolongement de la rue Charles III, des parkings





*****

 Nouveaux accès du Pont des Fusillés, nouvelles constructions
Immeubles E1,D1,B, construction d'un parc de stationnement de 377 places type ERP/PS


11 Août 2016


23 septembre 2016




13 Avril 2017

 Vue depuis le Pont des Fusillés (pont inchangé à ce jour mais des travaux de démolition de ce pont sur 1/3 de sa longueur et sur la moitié de sa largeur sont prévus cet été 2017):
- Emplacement de la rue Poirel prolongée sur lequel sera aménagée la voie qui reliera la synagogue au pont des Fusillés modifié.
- En dessous, parc de stationnement type ERP PS de 377 places

 Travaux débutés en Mai 2016
 Durée 19 mois mais tranche conditionnelle de 26 mois.
 La société Rector qui intervient pour Eiffage pose actuellement des dalles alvéolées et des poutres de 16m ainsi que des prédalles de béton armé autoportantes sans étai. Deux poutres et trois dalles sont assemblées toutes les 30mn.



 La destruction d'une moitié (en longueur) du Pont des Fusillés entraîne de gros désagréments en matière de conduite en ville, sur le pont et alentour.
 La montée de la rue Poirel prolongée, rue Edmonde Charles Roux est prête à être raccordée au nouveau pont (2017)
 Mais les travaux du nouveau pont raccourci dureront au-moins 2 ans ce qui ne réjouit ni les conducteurs, ni les habitants et commerçants du coin.



Rue Edmonde Charles Roux (Poirel prolongée)





  Aspect de l'EcoQuartier "Grand Coeur" en 2016-2017

 Après 6 mois de travaux (octobre 2016- Avril 2017), les immeubles de la "rue Poirel prolongée" ont atteint leur hauteur définitive.
 Les immeubles des îlots B, D1, E1 du plan ont modifié l'aspect des lieux.



Le front d'immeubles depuis le viaduc Kennedy. Octobre 2016 en haut et Avril 2017 en bas



Depuis le coin de la rue Gabriel Mouilleron (Avril 2017)




***********************