retour à l'accueil NANCY


   L'allumeur de réverbères de Nancy



Lanternes et chandelles

L'éclairage aux chandelles à Nancy au milieu du XVIIIe siècle.

 .............avant l'existence des réverbères à l'huile ou au gaz.

 Un règlement est édicté le 7 octobre 1753 vis-à-vis des sonneurs et des quarante sept allumeurs de lanternes de la ville. Ces derniers doivent se mettre en marche au premier coup de cloche de manière à éclairer en un quart d’heure Ville-Vieille et Ville-Neuve. Les chandelles sont fournies par la ville qui connait la liste des allumeurs et leur profession et quelles lanternes tel ou tel doit allumer. Les échelles sont entretenues, les lanternes réparées et celles qui ont été éteintes par le vent ou la pluie doivent être rallumées (avant minuit).
Les sonneurs sonnent la breloque pendant ce quart d’heure après le coucher du soleil d’allumage des lanternes. Une ordonnance précisera le 15/12/1754 le tableau des heures d’allumages de janvier à avril 1754 et annonce le carcan (1) et la dénonciation de vol si récidive pour les allumeurs qui empêcheraient les chandelles d’épuiser tout leur suif. Les agents de police surveillent tout cela : lanternes éteintes ou mal allumées, nettoyage des lanternes trois fois par semaine.
 Pendant la belle saison, les lanternes sont mises à l’abri (ordonnance du 6/4/1754) chez les résidents des maisons devant lesquelles elles sont placées, ou encore dans un lieu public, un couvent…

On ne connait pas le nombre et la répartition des lanternes, ni les sommes recues par l’adjudicataire du service d’allumage.


 (1) Le carcan était un collier métallique servant à attacher une personne en l'exposant à l'infamie d'une humiliation publique.



   L'allumeur de réverbères de Nancy

Travail ingrat qu’assurait par tous les temps, toutes les nuits ce serviteur de la collectivité ! Qu’il pleuve ou qu’il vente, qu’il neige où qu’il glace, l’allumeur de réverbères passe la nuit dehors avec sa longue perche. Une première tournée de plusieurs kilomètres pour l’allumage, une seconde pour l’extinction des becs.

 Article intéressant sur le sujet:

 Métiers et professions en France
Emile de la Bédollièrre 1842

Description du travail de l’allumeur de réverbère à l’huile et la transition annoncée vers le réverbère à gaz qui modifie totalement les conditions de travail de l’allumeur.
Histoire de l’éclairage public avec l’éclairage fixe avec lanternes et chandelles (de 1667 à 1766), la substitution par des réverbères à l'huile en 1745 (Bourgeois de Chateaublanc et l’abbé Matherot de Preigney) (Page 202)

 Allumeur de réverbères de Nancy (Meurthe-et-Moselle) : journalier, dans le système des engagements volontaires permanents... / par M. Chassignet,...1895
Etude des conditions de vie de la famille de l’allumeur de réverbère de Nancy, employé de la compagnie du gaz. Notre allumeur de réverbère était aussi cordonnier et travaillait son jardin afin de subvenir aux besoins de la famille. On ne parle pas des conditions de travail de l’allumeur au gaz bien meilleures que celles des allumeurs des réverbères à l’huile précédents.






Si l'on en croit la littérature, l'éclairage a démarré à Nancy avant 1900; Nancy ville pionnière ds ce domaine, 1889-90 semble être la date la plus probable
voir les premiers pas de l'électricité à Nancy

Ce que confirme maintes cartes postales de l'époque où l'on observe des lampadaires électriques.

 les tramways électriques à Nancy datent de 1903


Il fallut attendre 1933 pour que toutes les villes du 54 soient électrifiées.



Entretien des lanternes, rue Héré, version 2014 (photo Micheline Montagne)



Voilà à quoi ressemblait rue Saint-Jean les lampadaires vers 1909-1911, date probable de la carte.
On en profite pour voir le célèbre magasin Vaxelaire et le chemisier Modèle attirant les foules, un jour de soldes ( pub 1911)




***********************