retour à l'accueil NANCY

Louis Lanternier




    



Photos de Louis Lanternier et sa maison (porte et élément de façade) au 38 rue Poincaré​

Louis Lanternier (1859 – 1916) était architecte. Il est l’architecte de Nancy Thermal, du Casino des Familles, de l’hôtel Thiers et d’autres immeubles à Nancy. Il a travaillé aussi à Liverdun (usine des pompes Noël, La Flie) et a été l'architecte des ouvrages suivants: église Saint-Pierre à Batilly, église Saint-Jean-Baptiste à Gorcy, église Saint-Laurent à Longlaville…
Un immeuble de Louis Lanternier est bien connu des Nancéiens puisque situé "au Point Central"; il s'agit de l'immeuble "Art Nouveau" situé "au coin de Saint-Roch", en un lieu dont l'évolution dans l'Histoire de la ville est précisée ici:
http://www.lorraine-cafe.fr/showthread.php?t=1471&page=463

 L. Lanternier est surtout connu pour avoir fait entreprendre des forages qui ont abouti la mise en évidence d’une source en 1909 au Parc Sainte-Marie. Le travail, commencé le 24 juillet 1908, fut exécuté au trépan, avec injection d'eau à l'allure de 70 à 100 coups à la minute. Le premier niveau artésien était recoupé à 650 mètres, le 31 janvier 1909, et le sondage était poussé jusqu'à la profondeur de 800,30m.

Mais sait-on dans quelles circonstances Louis Lanternier se lança dans cette entreprise ?
 Où comment un héritage est à l'origine de Nancy Thermal!

 En 1902, Louis Lanternier, l'architecte bien connu de Nancy hérite d'une petite ferme en Lorraine et en allant la visiter apprend que les Allemands ont fait des sondages aux environs et découvert des couches de houille avantageusement exploitables. Il se renseigne auprès des ingénieurs allemands sur les résultats donnés par les sondages exécutés en Lorraine ; il demande leur avis à plusieurs géologues et, convaincu de l'existence probable de la houille dans les environs de Pont-à-Mousson, et cherche à fonder une société. Après beaucoup dé démarches infructueuses il trouve auprès de la famille Hinzelin, et de diverses personnes de Metz, un concours qui lui permet de constituer là Société de recherches La Seille et de commencer le sondage d'Eply. Un peu plus tard, Lanternier souhaite alors mettre à profit ses connaissances des sondages de recherches de houille sur les niveaux artésiens de la région. L'architecte fait aussitôt des calculs géologiques : si l'on creuse depuis Nancy, il est selon lui possible de retrouver la juteuse nappe phréatique trouvée à Eply. Quatre années plus tard, toujours aussi entreprenant, il sonde ainsi le terrain Blandan avec le concours du sondeur Planchin qui avait travaillé à Eply ; l’autorisation a été donnée le 10 avril 1908 par le Conseil Municipal auquel appartient L. Lanternier.
 Cette autorisation est facilement obtenue car on souhaite utiliser de grandes quantités d’eau lors de l’exposition de 1909 (cascades, bassins) ; on prévoit l’organisation d’une « station thermo-minérale » en cas de réussite. Dès les premiers résultats des forages, Lanternier expose, terrain Blandan, sa source artésienne, avec les plans des hôtels, bains, buvettes et casino, projetés par lui pour son exploitation.


En relation avec Nancy-Thermal :
c'est ici
 voir la source Lanternier

 et à titre complémentaire, sur l’exposition de 1909 :
c'est ici


Sur la porte et les emblèmes :
 Cette curieuse porte a-t-elle été réalisée fin 19ème, début 20ème ou bien récupérée ailleurs et installée pour donner un cachet à l’immeuble ?
 Le « L « observé en façade est probablement à rapprocher aux initiales de Louis Lanternier, les autres habitants de l’immeuble connus ayant pour nom :
 - Michon (Alfred), colonel d'artillerie, commandant le 8e régiment (1888)
- Reverdy, représentant de commerce en 1896
 - Cerisier, entrepreneur en 1898 ( carrelages)
- P. R. Thiébaut, architecte, à partir du 1" mars 1924

« C'est dans la jolie maison Renaissance qu'avait édifiée notre regretté ami, l'architecte Louis Lanternier, au faubourg
 Stanislas, que M. l'architecte Thiébaut vient de planter sa tente et d'installer ses bureaux. » ( journal de 1924)


 On remarque l’équerre et le compas repris par diverses professions et par la franc- maçonnerie ainsi que d’autres outils ou objets ; que signifient-ils ?
 La corde à noeuds est un symbole dont les temples maçonniques décorent habituellement leurs murs : elle symbolise la "chaîne d'union" qui unit tous les Maçons et qu'ils figurent eux-mêmes en formant un cercle et en se tenant la main.
 -
 Pourquoi cette tête de femme ? Mystère à ce jour.

 Sur la succession ce Louis Lanternier en 1924, on peut lire:

"On va vendre aux enchères, après Pâques, les 'immeubles dépendant de la succession de notre regretté ami, le bon architecte nancéien Louis Lanternier,- décédé à Nice il y a quelques années (1916).
 Au nombre de ces immeubles, se trouvent: sa belle maison Renaissance du faubourg Stanislas, aménagée par Lanternier
 avec tant de goût artistique; le magnifique hôtel qu'il avait construit à Liverdun et meublé avec tant d'amour et la fameuse source Prima, de Contrexéville, qu'il possédait de compte à demi avec les frères Planchin de Vichy, les mêmes qui avaient opéré le sondage de la source Lanternier, au parc Sainte-Marie.

 C'est bien le cas de répéter tristement pour ce pauvre Lanternier: Sic vos non vobis..."

 Seules photos connues de Louis Lanternier




***********************