retour à l'accueil NANCY

Sur l'origine du Mont-de-Piété de Nancy, aujourd'hui Crédit Municipal.



    Les Monts-de-Piété sont originaires d'Italie.

Ainsi que dans toutes les autres contrées de l'Europe, l'usure, au moyen âge, ravageait les populations de la Lorraine; les ducs qui la gouvernaient, vivement préoccupés de ce mal ruineux pour les habitants, prirent des mesures, rendirent des ordonnances pour le combattre, l'atténuer et même l'anéantir, s'il était possible.
Celui qui, le premier en Lorraine, s'émut de l'envahissement des prêteurs sur gages et des usuriers fut le duc Raoul (1329-1346), qui rendit une ordonnance au terme de laquelle : « Celui qui fera usure comme prêteur sur gages qui vaudront plus du double de la chose prestée, perdra son dû et recevra trois coups do verge du sergent à l'issue de la grand-messe ».

Charles III, par lettres patentes de juillet 1597, crut qu'il était utile d'agir par voie de concurrence, en érigeant un Mont-de-Piété à Nancy.
Charles III projeta ainsi de fonder à Nancy un Mont-de-Piété organisé comme ceux d'Italie, et où les marchands auraient pu contracter des emprunts dans les moments difficiles. Lorsque le colonel Orféo Galéani se rendit au-delà des Alpes pour le mariage du prince Henri, le duc lui demanda de prendre des informations sur l'organisation de ces établissements utiles, et le colonel lui envoya, en 1599 une note sur les statuts du Mont-de-Piété de Florence.
Si le duc chargeait en 1599 le colonel de lui envoyer une note sur l'organisation- des Monts-de-Piété d'Italie, c'est que probablement celui qu'il avait voulu organiser en 1597 ne fonctionnait pas, ou fonctionnait trop mal pour arriver au but qu'il s'était proposé d'atteindre : le bien-être du pays et la répression de l'usure.
La note envoyée au duc par Orféo Galéani existe dans les Archives du département; elle est suivie du décompte d'un emprunt de 30,000 piastres contracté par le colonel pour Charles III au Mont-de-Piété de Florence.

S'il ne fut pas donné à Charles III de mener à bien la création d'un Mont-de-Piété à Nancy, l’un de ses successeurs Charles IV rendit, le 3 septembre 1630, une ordonnance exposant la nécessité de réprimer l'usure, et prescrivant la création d'un Mont-de-Piété. Ce document, véritablement remarquable, prévoyait les plus infimes détails et si l'oeuvre qu'il instituait n'eut qu'une durée éphémère, c'est que le mal était trop profondément enraciné pour que le premier remède pût en triompher.
Le sieur Charles Mus, administrateur du Mont-de-Piété de la ville de Thuin au pays de Liège, fit entendre, que, pour le désir qu'il a de nous servir, il en établirait volontiers un dans notre ville de Nancy aux mêmes charges et conditions que celui qui est érigé en la ville de Bruxelles.
« permettons, accordons et octroyons audit Sieur Charles Mus de pouvoir ériger en nostre ville de Nancy, un Mont-de-Piété et ce au lieu qui sera trouvé plus commode, attendant qu'il y ait fond suffisant pour bâtir une maison propre à l'usage d'iceluy, et que l'ouverture dudit Mont se fera dans le jour des Cendres de l'année prochaine 1631 si luire se peut, sinon au plus tost qu'il pourra. »

Cette maison fut située au 101 rue Saint-Dizier.
Charles Mus fut chargé de « l'exécution de cet établissement, mais les « guerres et les malheurs qui survinrent en Lorraine en empêcheront le succès. De l'avis des « théologiens et casuistes de ce pays, on y toléra au commencement l'intérêt de 15 pour 100, à cause des grands frais avec l'espoir que cet intérêt diminuerait d'année en année, à mesure que les facultés s'augmenteraient.
Charles Mus étant mort en 1647, sa veuve, « Hélène de Grassis, fit banqueroute et se retira en Flandre ; ses créanciers voulurent rétablir le Mont-de-Piété, mais on y forma opposition.
D'après l'abbé Lionnois, ce Mont-de-Piété aurait subsisté 17 ans; et depuis sa chute, aucun établissement de ce genre ne fut créé à Nancy par l'autorité jusqu'au 10 octobre 1809.
L'avis de labbé Lionnois sur la durée du Mont de 1630 semble inexact.
Charles Mus décéda le 27 décembre 1638 et sa succession fut prise par sa veuve jusqu'en 1647, et par son fils Basile Mus à partir de 1647. A- côté de ses fonctions, ce dernier exerçait la profession de brasseur.

Le 2 août 1663, un décret du duc Charles IV défendit à Basile Mus (fils de Charles) ou autres « de s'immiscer davantage à l'administration du Mont-de-Piété. Il est assez probable que l'administration du Mont-de-Piété par Basile Mus ne fut pas honnête et qu'on 1664 on dut procéder à sa liquidation.
Cette date du 9 janvier 1664 marque donc la fin du Mont-de-Piété, fondé par Charles IV, le 3 septembre 1630.

Ce fut le dernier Mont-de-Piété jusqu'à celui institué par arrêté du préfet do la Meurthe, en date du 10 octobre 1809, relatif à l'exécution de la loi du 16 Pluviôse an XII. Cette longue période permit alors à l’usure de se développer de nouveau.

En 1804, Napoléon 1er décrète la fermeture des maisons de prêt sur gage et offre ainsi aux Monts-de-Piété le monopole de l’activité.
A Nancy, un nouvel établissement ouvre ses portes le 1er janvier 1835, en vertu de l’ordonnance royale du 19 mars 1834 (photo ci-dessous)
Cet établissement était situé du côté de la place Maginot d’aujourd’hui, entre la porte Saint-Jean et l’hôpital militaire. (Cf 34 du plan 1875 ci-dessous))

Les Monts-de-Piété prennent le nom de « Caisses de Crédit municipal » juste après la première guerre mondiale, en 1918
Enfin en 1932, un nouveau Mont-de-Piété, le Crédit Municipal de Nancy d’aujourd’hui fut construit rue Callot, sur l’emplacement de la chapelle et de la Maison -Mère des Frères des Ecoles Chrétiennes. Ce bâtiment a été construit par Boffrand, sous le règne de Léopold et porte le nom d'hôtel de Raigecourt.
Le prêt sur gage constitue l’unique activité de la Caisse de Nancy, qui n’exerce plus d’activité bancaire classique depuis 1999.



La tour de la rue Saint-Dizier se situe à l'emplacement du premier Mont-de-Piété nancéien




jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj
Emplacement du Mont-de-Piété issu de l'ordonnance de 1834 par Louis-Philippe.




Ma tante
 Surnom du mont-de-piété que l’on doit au Prince de Joinville, fils de Louis Philippe qui, voulant cacher à sa mère qu’il avait déposé sa montre au Mont-de-Piété, afin de régler une dette de jeu, préféra dire qu’il l’avait oubliée… « chez sa tante ».

Le griffon figurait dans les armoiries de la ville italienne de Pérouse où fut fondé en 1462 le premier Mont-de-Piété. C’est pourquoi les Caisses de crédit municipal, héritières en France de la tradition des Monts-de-Piété, ont choisi le griffon comme emblème.

Au clou
 C’est une image qui date de la même époque et qui vient simplement de ces ‘clous’, parfois simplement imaginaires, où les objets mis en dépôt au mont-de-piété étaient supposés être accrochés.




***********************