retour à l'accueil NANCY

Le chanoine Etienne Drioton, égyptologue





Etienne Drioton père

Le père de l’égyptologue Etienne Drioton, était avocat avant la naissance de son fils le 21 novembre 1889 au 82 rue Stanislas, son lieu d’habitation.

Il s’est orienté ensuite vers le commerce de libraire et de confection d’ornements d’église.

A partir de 1895, M. Drioton quitte le 82 rue Stanislas pour habiter au 12 Faubourg Stanislas (14-16 rue Raymond Poincaré aujourd’hui) (1) dans un immeuble allant de la ruelle Saint –Antoine où se trouvait habitation et atelier, au quai Claude Le Lorrain.

En 1899, deux établissements éblouissent les Nancéiens sur la place Stanislas : d’une part le restaurant Walter avec le café Stanislas et d’autre part la nouvelle librairie Drioton, tous deux aux angles de la rue Héré. Il s’agit d’une librairie de luxe, cabinet de lecture et magasin d’objets artistiques. Le public admire l’élégance et la richesse des vitrines. M. Drioton est fabricant d’ornements d’églises et libraire de l’Evêché. On trouve papeterie, librairie classique, reliures de grand luxe, bibelots artistiques, maroquinerie, objets d’art de piété divers , missels enluminés, objets pour orner les beaux intérieurs des riches maisons, vitraux religieux pour appartements, Vierges en ivoire, Jeanne d’Arc, tableaux, reproductions d’œuvres du Moyen-âge….

L’immeuble occupé par M. Drioton, célèbre anciennement par les cabinets particuliers du café Clérin, a été transformé par l’architecte Jacquemin. Escalier de marbre menant à l’étage, rideaux de guipure, cabinet de lecture pour les personnes du monde religieux, objets de luxe , on a affaire à un magasin luxueux luttant contre le mauvais goût et la vulgarité créé pour satisfaire les Nancéiens épris de beau.
Ce magasin était aussi ouvert le dimanche et un débat animait déjà la ville à l’époque de l’intérêt ou non à ouvrir les magasins ce jour pour animer une ville morte aux volets clos et devantures fermées !

De 1910 à 1912, des travaux sont réalisés au 4 quai Claude Le Lorrain et ruelle Saint-Antoine pour les nouveaux magasins avec portique renaissance (architecte Bentz) réplique de la Porterie du Palais Ducal. Ces magasins ont-ils ou non remplacés celui de la Place Stanislas ?
 

(1) A cette adresse, l’Institut des Jeunes Sourds (IJS), intitulé à l’époque l’École des Sourds et Muets, est créé le 01/02/1828 par Joseph Piroux, professeur et éducateur, précurseur dans l’éducation des Sourds, ceci avec l’aide du Conseil Général. Simple externat au départ puis pensionnat pour les sourds-muets du département. Après son décès en 1884, l’activité est confiée à la Congrégation des Sœurs de Saint Charles et l’établissement est transféré à la Petite Malgrange, sur une hauteur boisée de Jarville-La-Malgrange.


Etienne Drioton fils, égyptologue

Etienne Drioton, le chanoine des Pharaons, savant chrétien (Nancy 1889 - Montgeron 1961)

Chanoine du chapitre de Nancy et fonctionnaire de l’éducation nationale, prêtre et savant, égyptologue et coptologue puisque intéressé à l’Egypte des Pharaoens et à la période chrétienne de ce pays, chercheur, professeur.
Formé au collège Saint-Sigisbert de Nancy, il a le coup de foudre pour les monuments et les dieux à tête d’animal de l’histoire ancienne de l’Egypte en 1900 en classe de 6ème.. Il visite le Louvre et des échanges s’établissent avec le conservateur Georges Benedite qui s’étonne de la passion et de la précocité du jeune Drioton. Etudes au grand séminaire ; nommé prêtre en 1912 puis après un séjour à Rome, obtention de doctorats en philosophie et en théologie. Il est alors intéressé par l’archéologie chrétienne et étudie la langue copte
. Aumônier à l’hôpital Sédillot pendant la guerre, il obtient ensuite à 30 ans les chaires d’égyptien et de copte à l’institut catholique. Il devient conservateur adjoint du Louvre en 1925 au décès de Benedite.
En 1936 il est nommé directeur adjoint des antiquités d’Egypte au Caire en remplacement de Pierre Lacau. Il s’intéresse alors au déchiffrement de la cryptographie égyptienne et au théâtre égyptien et aussi à l’archéologie copte alors délaissée malgré un nombre important d’œuvres (en caisse) au Louvre. En Egypte, il participe à la conservation des monuments et promeut les fouilles.
Avec l’expulsion du roi Farouk se pose la question du maintien de son poste de Directeur des Antiquités. En fait, son poste est maintenu mais le chanoine Drioton démissionne usé par les 17 ans de présence active en Egypte et en mauvaise santé. Il est nommé conservateur du Louvre et directeur de recherches au CNRS en 1952. Il remplace Champollion à sa chaire du Collège de France en 1957, faisant ainsi profiter cet organisme de ses recherches. Il décède en 1961.

- Mise en lumière du théâtre égyptien le plus ancien de l'humanité,
- premier déchiffrement de l'écriture secrète sur les parois des temples ou dans les tombes pharaoniques,
- premier déchiffrement des inscriptions gravées sur les scarabées,
- première synthèse complète des données de la religion égyptienne,
- mise en valeur du monothéisme égyptien,
- première organisation de l'archéologie copte,

Autant de découvertes de premier plan, moins spectaculaires, mais de valeur et de portée plus étendue que la mise au jour d'une tombe prestigieuse ou d'un lot de papyrus. Un des rares égyptologues les plus complets de l'histoire de l'égyptologie, tel apparaît le chanoine Drioton.

Il fait grand honneur à l'Eglise et aussi à la science française, dont il est un illustre représentant ainsi qu’aux formations de la ville où il est né, Nancy. Il est officier de la Légion d’honneur et détenteur de décorations égyptiennes et iraniennes.


 

Il existe (ou existait) un cercle scientifique chanoine Etienne Drioton dont la photo est extraite et dont l’objectif est de
• recueillir la mémoire du chanoine Drioton.
• diffuser l’oeuvre et le souvenir du chanoine.

Le Cercle Scientifique Étienne Drioton (1) et la ville de Nancy lui rendent hommage le 21 novembre 2007, en apposant sur la façade de la maison de son lieu de naissance une plaque commémorative.

(1) Voir le site correspondant :
http://www.cercle-drioton.net/association.php

L'affiche:he

L’affiche correspondant à la conférence faite au Château Madame de Graffigny du 20/11/2009 (diffusion autorisée)

Les données biographiques de l’énigme sont extraites de la revue « Études » fondée en 1856 par des Pères de la Compagnie de Jésus 1961.

La plaque:

Plaque indiquant le lieu de naissance du chanoine Etienne Drioton au 82 rue Stanislas à Nancy.
Inauguration le 21 Novembre 2009. Extrait:
« Etienne Drioton est né dans cet immeuble du 82, rue Stanislas. La famille
Drioton serait venue habiter dans cette maison en 1889 et jusqu’en 1894 : Monsieur
Etienne Drioton, le père, était alors avocat, mais il s’est orienté ensuite vers le
commerce de libraire et de confection d’ornements d’église, puisqu’à la naissance de
son fils Etienne, le futur chanoine, il était déjà négociant : il s’installa à partir de 1895
au 12 rue du Faubourg Stanislas, c’est à dire aujourd’hui aux n° 14-16 rue Raymond
Poincaré, l’habitation et les ateliers donnant sur la ruelle St-Antoine. »
Etienne Drioton, librairie de l’évêché 12 Faubourg Stanislas Nancy
Drioton, éditeur, faubourg Stanislas, 12, Nancy


La façade de la maison natale du Chanoine DRIOTON
82, rue Stanislas à Nancy
Drioton serait venue habiter dans cette maison en 1889

***********************