retour à l'accueil NANCY

L'église Saint-Roch au Point Central




Comme la rue des Ponts et la rue des Quatre-Eglises, la rue Saint-Dizier avait quatre églises :
- l'église paroissiale Saint-Roch appartenant aux Jésuites du Collège de Nancy; son premier curé nommé par l’évêque de Toul fut Charles-François de Tervenus. Il prit possession de l’église, louée aux Jésuites par l’Hôtel- de- Ville, en 1731.
- l'église des Bénédictines du Saint-Sacrement, sur l'emplacement de la rue du Général Drouot ;
- l'église des Capucins (ancienne église paroissiale de Saint- Nicolas)
- l'église du Noviciat des Jésuites (dont le portail existe encore à l’hôpital, anciennement l'Hospice Saint-Stanislas).



rReproduction du portail de l’église Saint-Roch du Collège des Jésuites, également paroisse de la Ville-Neuve de Charles III. et Louis Lanternier architecte Art Nouveau de l'immeuble qu'on voit encore aujourd'hui.

L’église Saint-Roch (photo ) était située à l'angle des rues Saint-Dizier et Saint-Jean, là même où se trouve aujourd’hui (d’après Google Maps mais à vérifier) la magasin Armand Thiéry. Au début du 20ème siècle, on trouvait un magasin d’ameublement (magasin Saumier « au coin de Saint-Roch ») puis la Banque de Nancy devenue Banque Nationale de Crédit (voir cartes postales de l’époque).
Sous cet immeuble du à l’architecte Louis Lanternier, les anciennes cryptes et caveaux de l’église des Jésuites furent transformées en salle des coffres. De nombreux Nancéiens de la noblesse et de la bourgeoisie des 17 et 18èmes siècles y étaient enterrés après l’évêque de Toul Jean des Porcelets de Maillanne, fondateur du Collège de Nancy. L’église de quelque 46 mètres par 24 ressemble à celle du noviciat avec un rez-de-chaussée surélevé. Le duc Léopold avait fait décorer le plafond en bois par Claude Charles et Giacomo Barilli. L’église disparut à la Révolution.


Le Nancy paroissial d’avant 1791 ? Voir :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8441579k/f1.zoom.r=nancy.langFR

Par acte du 31 août 1731, la Ville-Neuve avait été partagée en trois paroisses :
- La première, dédiée à Saint-Roch s'étendait depuis les fossés de la Ville-Vieille jusqu'à la rue Saint-Jean et la rue Saint-Georges ; le S.R. inscrit au coin des murs. Est-il encore visible ?
Nancy, ville pauvre ne bâtit pas une nouvelle église mais utilisa jusqu’à la Révolution l’église du collège des Jésuites au coin des rues Saint-Jean et Saint-Dizier. Après l'expulsion des Jésuites de la Lorraine, en 1760, la ville est devenue propriétaire de l’église le 10 Août 1770.
- La paroisse Saint-Sébastien
- la paroisse Saint-Nicolas avec l’église des Capucins, louée à la Ville et située au coin Sud- Ouest des rues de Grève (Charles III) et Saint-Dizier.
En 1770, la ville acquit, à côté des Capucins, l'église du noviciat des jésuites, où la
paroisse fut transportée jusqu'à la Révolution.

Juste à côté de ce « Coin de Saint-Roch » au Point Central où se trouvait l’église Saint-Roch, au 26 de la rue Saint-Dizier était l'ancienne sacristie et le presbytère de l’église. (voir Google Maps aujourd'hui pour la porte et la façade)


Le lieu fut occupé par des banques début 20ème.

 Et pour les amateurs d’Histoire :
 Jean des Porcelets de Maillane, évêque de Toul, fut enterré dans la crypte de la chapelle en 1624.
 C’est en 1594 que les Jésuites créent le collège de Nancy ; le duc Henri II et Mgr des Porcelets de Maillane, acceptèrent d’être fondateurs. Le collège ouvre en 1616.
 L’église était la chapelle du collège de Nancy, collège des Jésuites pour ceux qui voulaient apprendre le latin et la philosophie. Le collège était rattaché à l’Université de Pont-à-Mousson fondée en 1572.





Le Point Central, le coin Saint-Roch au début du 20ème siècle et maintenant​

***********************