retour à l'accueil NANCY

Didier Bugnon, géographe et ingénieur


architecte (1728-1794)

Didier Bugnon (1676-1736) est quelque peu oublié
En 1713, il est nommé premier géographe et ingénieur.
Un père ingénieur des fortifications de Givet, un grand-père venu de Poitiers en Lorraine à cause des guerres de religion, Didier Bugnon, géographe et ingénieur nait à Metz en 1676. Français, il souhaite en vain être ingénieur en France ; il sera nommé par le Duc de Lorraine dans une matière qui se rénove fin 17ème début 18ème et devient plus scientifique, la cartographie.
Ce domaine commence seulement en Lorraine en 1520 avec la carte de Lorraine par Martin Waldseemuller la maison lorraine souhaitant glorifier son indépendance, demande de René II semble-t-il. Puis ce fut en 1585 la carte de la Lorraine vers le Midy réalisée par Gérard Mercator suivie en 1700 par le sieur Sanson qui réalise « La Lorraine qui comprend les duchés de Lorraine et de Bar et les bailliages des eveschés et villes de Metz, Toul, Verdun ».
Même après la mort du Duc Léopold, Didier Bugnon voudra travailler avec sa patrie la France (carte des évêchés).

Sept enfants naitront à Nancy à partir de 1703 où il se marie avec Anne Compagnol.
Après avoir réalisé la carte de l’évêché de Metz en 1695, il obtient en 1701 le titre de géographe ordinaire de Léopold qui lui confie une description exacte de ses états après la longue période de troubles subie pat le duché de Lorraine. Dès son arrivée à Nancy, Didier Bugnon n’aura de casse que d’obtenir son anoblissement qui n’interviendra qu’en 1725 pour services rendus depuis plus de vingt ans. Pour satisfaire ses prétentions nobiliaires, Il cherchera dès le départ à se retrouver des origines nobles dans le Poitou de ses ancêtres.

On lui octroie les armoiries suivantes :
« D’azur à trois besants d’or, deux en chef et un en pointe, à la croix pattée d’argent mise en cœur, et pour cimier un bras dextre armé, la main au naturel, tenante une sphère armillaire d’or surmontée d’une croix pattée de même issant d’un armé morné orné de ses bourrelet et lambrequins, aux métaux et couleur de l’écu.
sa façon de travailler qui consiste à envoyer un formulaire bien préparé au curé de chaque paroisse pour décr
En 1713, il est nommé premier géographe et ingénieur.
On connait sa façon de travailler qui consiste à envoyer un formulaire bien préparé au curé de chaque paroisse pour décrire dans les moindres détails jusqu’au moindre ermitage ou la plus petite habitation, en indiquant les personnes, biens, animaux, terres,… en essayant de respecter une échelle où quatre divisions représentent 3000 pas géométriques soit une lieue. 1800 villages sont répertoriés en 1708 et Bugnon pense que le travail prendra 30 ans. La précision n’est que relative. Il voyage aussi en prenant des esquisses au crayon en fonction des données recueillies verbalement ici ou là. Le duc Léopold ne lui facilite guère la charge en étant très imprécis sur le « cahier des charges » pendant toute la période 1704-1729 ; le travail n’avancera guère. Les données sont adressées « au Sieur Bugnon vis-à-vis l’hôtel de Ferrary, rue du Haut bourgeot à Nancy ». On indique aussi une autre adresse, le 121 rue Notre-Dame (bloc Saint- Sébastien- rue des Ponts-rue de la Hache – rue Notre-Dame)
Au final, il est l’auteur de quelques cartes et d’un ouvrage oublié mais aussi d’une nombreuse correspondance. Dom Calmet utilisera ses cartes dans son Histoire de la Lorraine en 1729 mais Bugnon n’est pas dupe et n’apprécie guère, lui qui fait périodiquement sa « publicité » au fur et à mesure de l’avancement de ses cartes. Hors les demandes officielles du Duc, il travaille également beaucoup pour les particuliers, les seigneurs, les abbayes,…
Il meurt à Nancy en 1736 et sera inhumé dans l’église Notre-Dame.
On peut dire qu’il aura contribué à aider le Duc Léopold à mettre de l’ordre dans le duché.

On le disait de caractère modéré, de moeurs patriarcales, de commerce agréable et d’esprit conciliant.

La liste des cartes et ouvrages réalisés par Didier Bugnon est la suivante :

- En 1690, la carte du duché de Luxembourg ;
- En 1692, la carte de la province de la Sarre;
- En 1695, la carte de la Lorraine, et celle des Trois- Evêchés, qu'il envoya par Turgot, intendant de Metz et au Duc de Bourgogne ;
- En 1701, la carte de la Lorraine ;
- En 1709, la carte abrégée des Etats de Lorraine « en partie sur celle qu'il avait dressée pour Mgr le duc de Bourgogne, en 1693 elle mesurait 14 pouces, 2 lignes de longueur, et 11 pouces, 6 lignes, de hauteur, elle était destinée au Polium (pouillé ou recensement) géographique des duchés, elle fut gravée, sans son consentement, par 'un imprimeur de La Haye qui commit des erreurs en la publiant;
- En 1715, le plan du cours de la Meuse « pour la jonction de l'Océan et de la Méditerranée. Ce projet était étudié par M. de Boves, directeur des places des Pays-Bas autrichiens de la part de S. A. R., et par M. de Bauvilliers de la part du Roi, ces derniers reconnurent la possibilité de cette jonction des deux mers, au moyen d'écluses et de bassins sur la Meuse, depuis Verdun jusqu'à la Saône ;
- Vers 1724, les cinq cartes qui se trouvent dans l’Histoire de Lorraine de Dom Calmet.

- Polium (pouillé) géographique des duchés de Lorraine et de Bar, en 1 706, avec celui des Trois-Evêchés ;
- Sommaire de tous les États de Lorraine, extrait des dénombrements de 1706 à 1708.
- Dictionnaire des lieux de la Lorraine et du Barrois et des Trois-Evêchés ;
- Caravanes ou cortèges des marchands d'Asie, en 1708 ;
- Inventaire alphabétique de tous les lieux qui composent les duchés de Lorraine et de Bar, avec les principaux droits attribués à chacun des lieux;
- Recueil des paroisses, par prévôté, par bailliage, par duché.



Le Plan des Villes et Citadelle de Nancy en 1720, c'est ICI


***********************


Plan de château d'Etreval par Didier Bugnon, vers 1710




Exemple des environs de Nancy