retour à l'accueil NANCY

Nancy Thermal

hier et aujourd'hui

et tout juste à- côté, le Parc Sainte- Marie



1

L’évolution de Nancy- Thermal

« Dans le quartier ouest de Nancy où se trouve le parc Sainte-Marie, M. Lanternier eut l'idée de rechercher en 1908, la nappe d'eau minérale qu'on avait rencontrée ailleurs dans le sous-sol lorrain. En mars 1909, à l'ouverture de l'Exposition de Nancy et au centre de cette Exposition, à la suite d'un sondage heureux d'une pro-
fondeur de 800 mètres, l'eau jaillit par le tube d'acier. Cette source fut dénommée source Lanternier »

Titre : Guide pratique aux villes d'eaux. Stations climatiques. Plages marines françaises. 6e édition... de Porcheron

 

La première étude sur l’eau de Nancy -Thermal:

A propos du pouvoir catalytique des eaux minérales;
Nouvelles Recherches Physico- Chimiques

par M. Ch. BARACHON sur l'eau de la source Lanternier-Nancy


Communication faite à la Société d'Hydrologie Médicale de Paris ; Séance du 17-Février 1913


Lors de l’Exposition Internationale de l’Est de la France en 1909, les travaux de captage réalisés à 800 m par Lanternier sont terminés ; la source fournit 2500 litres par minute à 36°C. Les frères Planchin, ingénieurs-sondeurs de Vichy avaient demandé l’autorisation de forer en Mars 1908 ;
• C’est alors le plus profond forage réalisé en Europe. Une gerbe fumante de 3,5m s’élève dans un modeste bâtiment en bois. En Août 1909, inauguration d’une construction en planches avec buvette, baignoires, piscine à destination des malades.
• On trouve à la fin du 19ème siècle, 80 sources exploitées en Lorraine à des fins thermales et les travaux de Lanternier signent le début de l’activité thermale à Nancy. Les quelque 2 millions de visiteurs de la grande exposition de 1909 connaitront alors la source Lanternier. L’eau est de type chlorurée sodique faible et contient en particulier fer, lithium, magnésium, cuivre, arsenic, brome, fluor et thallium.
• L’exploitant est alors la « Société Anonyme Compagnie Fermière des Thermes Municipaux de la Ville  de Nancy » mais la guerre de 1914 et le décès de Louis Lanternier expliquent le déclin du thermalisme pour la ville qui résilie alors la concession consentie à cette société.

2

La source Lanternier et la grande galerie ( la verrière actuelle date des annaes 1930 / V. Prouvé)

2

Source Lanternier / les bains; grande piscine, piscine ronde et salle de soins (piscine grecque)

 

- au début des années 2010:

Le site de Nancy-Thermal a fait l'objet d'une réflexion en vue de son évolution en un centre dédié au bien-être, au thermalisme et aux activités thermalo-sportives.

Après la réalisation d'un nouveau forage et la réalimentation des bassins en eau issue de ce dernier, le projet franchit une nouvelle étape avec le lancement d'une étude clinique.

Menée in situ par le service de Rhumatologie et les équipes scientifiques du CHU de Nancy, dans le cadre d'un partenariat avec le Grand Nancy, elle doit permettre la mise en évidence des propriétés bénéfiques de l'eau de Nancy-Thermal, sur la gonarthrose, l'arthrose du genou. Cette étude a pour but de prouver que l'eau apporte un mieux être, notamment pour l'arthrose du genou . Cet hiver 2011, un appel a été lancé à environ 300 Grands Nancéiens volontaires. Un protocole qui contribuera à déterminer si oui ou non, l'eau de Nancy-Thermal est apte à recevoir le fameux label.

- en 2014:

L’Académie nationale de médecine vient de rendre un avis favorable pour l’exploitation de l’eau minérale du site Grand Nancy Thermal à des fins thérapeutiques dans l’indication rhumatologie en s’appuyant sur les résultats d’une étude clinique portant sur 283 patients volontaires souffrant d’arthrose du genou, étude réalisée en partenariat avec le Centre hospitalier universitaire de Nancy et selon un protocole établi par le professeur Isabelle Chary-Valckenaere, chef du service de rhumatologie. « L’étude a été réalisée  d’avril  2012 à juin 2013 . Elle portait sur l’efficacité de la prise en charge thermale dans la gonarthrose symptomatique (arthrose du genou). Deux patients sur trois ont répondu à l’objectif principal : diminuer la douleur.

Le projet est  maintenant de donner naissance à un grand centre aquatique à la fois dédié à la natation traditionnelle, au bien être, au thermalisme et aux activités thermalo-sportives. Le préfet a reçu l’avis favorable de l’Académie de Médecine et doit donner son agrément Thermal en rhumatologie. Alors la ville de Nancy décidera de l’opérateur pour le chantier avec l’objectif d’ouverture du site de Grand Nancy Thermal en 2020 -2021.
La Lorraine compte en 2014 cinq stations thermales, quatre dans les Vosges ( Bains les Bains, Plombières, Vittel et Contrexéville) et une en Moselle, la plus importante Amnéville pour globalement plus de 27000 curistes par an . Toutes soignent les rhumatismes, Vittel, Contrexéville, Plombières les voies urinaires et métaboliques, Amnéville les voies ORL.

En Juillet 2014, Grand Nancy reçoit l'autorisation préfectorale d'exploiter son eau minérale.

Le point au 27/12/2015.

2

Une vue générale du site

• la piscine de plein air Louison Bobet
• La grande piscine couverte
• Les coupoles correspondant à l’accueil, la petite piscine ronde et la source Lanternier
• à gauche le parc Sainte-Marie, à droite la rue Blandan


17

La nymphe de Nancy Thermal

• «  Voici le Pavillon de la Source, sorte de temple grec au dôme majestueux ; au centre d’un motif sculptural représentant un groupe de nymphes jaillira en cascatelles, dans une vasque de porphyre, l’eau bienfaisante qui attirera des milliers d’adorateurs tels les pèlerins de la déesse Hygié pour protéger la santé, le premier des biens. Ici, les promeneurs, visiteurs et baigneurs feront leur cure de boissons. »

 (L'Immeuble et la construction dans l'Est ["puis" et Bois et forêts de l'Est réunis]; juin 1914)


La source Lanternier et les belles mosaïques Gentil et Bourdet de la coupole

3

La coupole du hall d’accueil avec les vitraux des Ateliers Benoit (1958)

4

La piscine ronde et ses jolies céramiques

5

Les vitraux des oculi à de la piscine ronde

6

Détails des céramiques

8 9 10

15

Le thermalisme à Nancy

• Lors de l’Exposition Internationale de l’Est de la France en 1909, les travaux de captage réalisés à 800 m par Lanternier sont terminés ; la source fournit 2500 litres par minute à 36°C. Les frères Planchin, ingénieurs-sondeurs de Vichy avaient demandé l’autorisation de forer en Mars 1908 ;
• C’est alors le plus profond forage réalisé en Europe. Une gerbe fumante de 3,5m s’élève dans un modeste bâtiment en bois. En Août 1909, inauguration d’une construction en planches avec buvette, baignoires, piscine à destination des malades.
• On trouve à la fin du 19ème siècle, 80 sources exploitées en Lorraine à des fins thermales et les travaux de Lanternier signent le début de l’activité thermale à Nancy. Les quelque 2 millions de visiteurs de la grande exposition de 1909 connaitront alors la source Lanternier. L’eau est de type chlorurée sodique faible et contient en particulier fer, lithium, magnésium, cuivre, arsenic,, brome, fluor et thallium.
• L’exploitant est alors la « Société Anonyme Compagnie Fermière des Thermes Municipaux de la Ville  de Nancy » mais la guerre de 1914 et le décès de Louis Lanternier expliquent le déclin du thermalisme pour la ville qui résilie alors la concession consentie à cette société.

Pour atteindre la source à près de 850 mètres sous terre, plusieurs forages successifs (1909, 1938 et 1964) ont été réalisés durant toutes ces années et récemment en 2011- 2012

11

La piscine ronde et le cinéma

« Il y a longtemps que je t’aime »

Les retrouvailles bouleversantes de deux sœurs que la vie à jadis violemment séparées, interprétées par  Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein

Le premier film de l’auteur des « Ames grises » et du « Rapport de Brodeck », l’écrivain et réalisateur lorrain Philippe Claudel

12

Le thermalisme bientôt: de nouvelles installations

L'eau de source  est naturellement chaude.

le site s'est doté de tous les équipements propres aux soins

 thermaux avec baignoires d'hydro-massage, douches à affusion et tables d'application de boues.

 

13 14

La grande galerie et ses vitraux (André Lemoine )

Une objection est assez souvent formulée dans les années 1920 :
le vitrail serait un élément d'obscurité, ou tout au moins d'une lumière trop atténuée, grave défaut pour un appartement. D'où la naissance des vitraux blancs, très en faveur depuis 1925. La grande galerie de Nancy -Thermal en fournit un excellent exemple.

Un perfectionnement imaginé par le maître-verrier André Lemoine est particulièrement intéressant. Utilisant des  verres prismatiques dits « verres-soleil » qui réfractent les rayons incidents dans la direction convenable, André Lemoine  les dispose en éventail par sa mise en plomb, d'après l'exposition de la fenêtre. Ainsi, à toute heure du jour, une série
de ces verres "travaille ». L'effet, à la fois décoratif et utile, est bien supérieur à un vitrage d'un seul morceau; efficace seulement à certaines heures et d'une grande monotonie.

Les verriers lorrains usent beaucoup de ces effets « blancs » d’une harmonie légère et transparente, bien plus chatoyante et  contrastée que les verres décorés au-jet de sable (Palais de la bière, escaliers et salle d’attente des bureaux de Pont-à-Mousson,…)

L'art du vitrail, "L'Immeuble et la construction dans l'Est ["puis" et Bois et forêts de l'Est réunis]", sept.1933

16

Les entrepreneurs qui ont travaillé pour Nancy Thermal lors de la construction :

Weiss et compagnie (menuiserie)
• Kessler et Pack (ferblanterie,plomberie,couverture)
• Ramel (peinture)
• Nouveaux Docks (revêtement de faïence)
• Daeschler et Cie (mosaïque)
• Cayotte, Dinot ( plâtrerie)
• Gentil et Bourdet ( mosaïque ornementale)
• Schertzer, Moser (serrurerie)
• Petitjean (vitrerie)
• Malot (ornement et stucs)
• Wolff (sculpture)

• Gauthier et Cie (ventilation, chauffage)

 

............... et des articles de Presse en 1914:

«Beaucoup, en Lorraine, n'aiment guère la piscine publique.
pas encore entrée dans les moeurs. C'est la, un sentiment légitime, explicable, en somme, et dont il fallait tenir compte. Et c'est ici qu'intervient une innovation originale et des plus commodes: les piscines à la romaine et à la grecque, sur le modèle de la grande, mais en raccourci, dans les pro portions de cabine de bain à, eau minérale courante. Qu'on se le dise ! »

L'Immeuble et la construction dans l'Est ["puis" et Bois et forêts de l'Est réunis]
(1914)

« Voici la grande piscine, aménagée avec tout le confort, tous les perfectionnements hydrauliques et de propreté, toute la sécurité que peuvent inspirer et l’hygiène et l’architecture moderne mises au service de la santé et du bien-être public. C ’est ici la cure externe par les bains et l’hydrothérapie. »

(Revue 1914)

« Le grand pavillon comprend encore tout ce qui peut compléter une cure thermale en même temps que tout ce qui peut contribuer à l’agrément et à la récréation des buveurs: service, médical et cabinet de
physico-thérapie ; salles de massages, de douches, de bains de vapeur, d'étuves sèches, d'inhalations ; des salons de lecture et de correspondance, des fumoirs, un tea- room, buvette et buffet ; parc des sports ; attractions diverses etc ».

(revue de 1914)

Nancy, station estivale

« La station estivale du Parc Sainte-Marie laissera une impression de calme et de paix champêtres ; tous y goûteront le charme et l’action bienfaisante de ce site de verdure, de ce coin d’air pur salubre et fortifiant, face à la beauté harmonieuse du pays lorrain, dans le pittoresque amphithéâtre de coteaux  boisés qui va de la Foucotte à Vandoeuvre, en un climat également éloigné des brûlantes ardeurs du Midi et des rigoureux hivers du Nord. »

( Nancy Thermal, revue de 1914)

18

 

Annexe: Plan de l'exposition internationale de Nancy de Mai à Octobre 1909

Exposition de 1909 : rapport de l'exposition et plan couleur original

retour à l'accueil NANCY