retour à l'accueil NANCY

Jean Prouvé
Nancy 2012

 

Jean Prouvé, ferronnier d’art au Musée de l’Ecole de Nancy-

   

Notes écrites sur la base des documents et affichages présentés par le musée de l’Ecole de Nancy ( 2012)

On présente la première étape de sa vie professionnelle avant la réalisation de mobiliers et de conceptions architecturales qui ont fait sa renommée.

Jean Prouvé nait en 1901, année de la création de l’alliance provinciale des industries d’Art présidée par Emile Gallé.

Victor prouvé, son père est une grande figure locale du milieu artistique; il succèdera à E. Gallé à la Présidence de l’Ecole de Nancy.

Jean Prouvé poursuivra la réflexion initiée par Gallé, Daum et Majorelle sur l’art appliqué à l’industrie et la production de série tout en abandonnant l’observation de la nature si chère à l’ECOLE DE NANCY

 

Jean Prouvé fait son apprentissage de ferronnier à Enghien chez Emile Robert ferronnier d’art. Celui-ci fait partie avec Victor Prouvé du groupe d’artistes   « la poignée ». Jean Prouvé se fait remarquer pour ses compétences dans le dessin.


Grille Calla palustris et sagittaires 1902 par Emile Robert d’après un dessin de V. Prouvé

 

Jean Prouvé ferronnier

Jean Prouvé forgeron en 1921 par Victor Prouvé; sanguine et crayon gras

tablier de cuir du serrurier forgeron; atelier Szabo à Paris juste avant son service militaire et après sa formation chez E. Robert.

"Je n’étais pas un homme de bureau du tout, ni de dessin. Je vivais dans l’atelier et me rappelle que la tenue des serruriers-forgerons était un tablier de cuir qui protégeait contre les étincelles. Pendant des années j’ai porté le tablier de cuir."

 

Portrait de Jean Prouvé par Victor Prouvé (1923)
Il revient du service militaire et travaille à la forge de l’école des Beaux-Arts
il ouvre le 01/01/1924 son atelier de ferronnerie-serrurerie au 35 rue du Général Custine à Nancy

Ferronnerie, support de vase réalisé par Jean Prouvé
le vase a été réalisé par Emile Gallé pour Victor Prouvé, son père

 Vase canthare Prouvé, 1896 Signature sur la pièce : E.Gallé
Inscription sur la pièce : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent, ce sont ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front » Victor Hugo; A Victor Prouvé, à l'homme et l'artiste excellents, ses intimes et admirateurs
Socle de Jean Prouvé
 ( époque où J. Prouvé était chez Georges Aldebert Szabo)

 

Paire de grilles de l’armoire au Grand Duc de Jacques Grüber (vers 1920)
Fer forgé doré et patiné. Ces grilles ont remplacée deux vitraux de Grüber d’une bibliothèque crée en 1908

 

Détail: Prouvé s’inspire de la graine de l’érable  pour respecter le thème naturaliste. Samares doubles incisées dans le métal et akènes rehaussés d’or

Grand vestiaire (1924) : fer forgé, verre dépoli, miroir, bois
Utilisation de plaques de fer soudées au feu de la forge.
Conçu pour Paul Charbonnier architecte entre autre de l’hôtel Thiers , chantier confié à Jean Prouvé en 1924

 

 

Plafonnier de l’immeuble Michon (1924); fer forgé et verre dépoli
Débuts de l’atelier J. Prouvé; il réalise de nombreux lampadaires avec assemblage de plaques de verre et fer forgé; le décor figuré disparait au profit de la recherche de la  forme et de la structure de l’objet

Pieds de lampes en fer forgé vers 1923-1924
Nouveauté pour ce qui concerne l’un des pieds: présence de plaques soudées au feu de forge.
Premiers objets réalisés par Jean Prouvé avec les lustres, lampadaires, plafonniers

Caisse d’Epargne de Nancy; architectes Charbonnier et Bourgon (1924-1930)

Exposition des Arts décoratifs 1925
Le Bourgeois et Bourgon , architectes
« un style bizarre et barbare, laid à faire peur », selon des propos de l’époque;
le début des lignes rectilignes, uniformité et répétition, rationalité, efficacité

 

Porte de l’hôtel Thiers à Nancy
Décor imposé par Paul Charbonnier architecte …un peu compliqué selon Jean Prouvé lui-même

Modèle de cache radiateur pour l’hôtel Thiers 1924

 

Éléments de grille de communion de l’église de Vitrimont 1925
Fer forgé martelé et peint avec thème de décor biblique de blé et de vigne symbolisant le pain et le vin.
Architecte Charbonnier. Vitrimont est le premier village détruit par la guerre; il a été reconstruit par des fonds américains

l’église de Vitrimont :  détail

Église de Vitrimont; détail

Départ de la rampe du palais de la bière de Nancy; fer forgé et laiton
(fac-similé par « les métalliers lorrains 2006)
Après sa période fer forgé, J. Prouvé utilisera l’acier inoxydable, le cuivre, le laiton, la tôle pliée
le décor figuré disparait au profit d’un décor géométrique de plaques et de barres.

Palais de la bière à Nancy 1926: lanterneau et verrière
Architecte Pierre Le Bourgeois
Période de transition: le métal est travaillé en lignes parallèles, obliques ou perpendicaulaires; graphisme, répétition.

 

Hôtel de l’Hermitage à Vittel: rampe d’escalier (1928-1929)
plaques de métal assemblées.

Garde-corps et d’appui des baies de la propriété Leroy au 6 rue Gilbert à nancy
Ateliers Prouvé 1928

Grille de bouche d’aération pour la banque d’Alsace Lorraine, 4 rue Saint-Jean Architecte Raphaël Oudeville (1927-1930)
Fer forgé martelé et peint.
Jean Prouvé réalisa également les tables de la salle des coffres et la porte d’entrée.
Pistils et pétales stylisés (art déco)

Escalier de la Caisse d'épargne de Nancy, place Dombasle