Accueil du site

JEAN- LOUIS SERRANO

Jean Louis Serrano est né en Algérie en 1946. Son enfance s'est déroulée dans ce pays qui traversait huit années de maintien de l'ordre et de pacification. Il en est parti en 1962, aux premiers jours de l'indépendance. Son thème favori explore les conséquences d'une guerre sur l'individu: comment un être normal peut-il accomplir des actes barbares? Où se situe la résistance à l'abjection? Que signifient les notions du bien et du mal quand la politique du moment permet et encourage les débordements.

JEAN- LOUIS DESFORGES

Pseudonyme pour les romans du terroir.

ARNAUD SERAC

Pseudonyme pour les romans policiers.


SES OUVRAGES:

Jean-Louis Serrano Jean-Louis Desforges Arnaud Sérac
     
Prison de craie 2010 Les Âmes des Grandes Combes 2017 Des noces noires 2016 
  Les deux soeurs 2016
Noires vengeances en V.O. 2010 La ferme des solitudes 2015
Une saison de venin 2009 Rivière amère 2014
Noirs étangs de Cergy 2008
Pierre des montagnes 2013
La beauté du poulpe 2008  



Le monde m'était promis 2003  
Immigrés en Val d'Oise 2001  
Les chiens des collines 1998  

noces noires

Des noces noires

Roman policier Septembre 2016 : Éditions de Borée

Résumé :

Laure, jeune officier de police de trente-six ans, s'est promis de retrouver les agresseurs de son père, policier lui aussi, victime d'une  attaque qui l'a laissé sur un fauteuil roulant.

Elle fait équipe avec François, dit Le vieux, flic veuf et désabusé et abandonné par son fils.

Ce sont deux écorchés vifs qui traînent de profondes blessures.

Ensemble, ils doivent résoudre plusieurs crimes d'une rare atrocité. Les corps démembrés d'étudiants sont retrouvés  éparpillés à travers la ville. La vérité n'est pas toujours  celle que l'on croit et les apparences sont trompeuses.

L'auteur saisit la finesse de la psychologie des personnages et dépeint avec réalisme le milieu dans lequel ils évoluent.



Critiques:

Action-suspense.com:

Ce très bon roman policier possède deux facettes complémentaires: une intrigue criminelle solide, dans les règles de l'art.... La part sociologique. Cette histoire s'inscrit pleinement dans notre époque.

Un sujet policier maîtrisé plus un contexte actuel crédible: le résultat donne un roman très convaincant.


Zonelivre.fr

Dans "Des noces noires", Arnaud Sérac dépeint ses thèmes de prédilections : le secret, la violence et la fragilité humaine. Avec une écriture d’une rare justesse, une narration souple, précise et sans complaisance, il nous offre un véritable écrin noir.

Inf'Osny Novembre 2016:

Un polar local à faire pâlir de jalousie les auteurs anglo-saxons. Ce roman nous embarque dans Cergy et ses environs au gré de l'enquête macabre menée par Laure, femme flic de 36 ans, flanquée de son partenaire désabusé, le "Vieux".
Des corps démembrés, des liens avec son histoire personnelle et le handicap de son père, ancien flic blessé pendant le service, autant de rebondissements que de zones d'ombres et angoissantes à dévorer.

Dans "Des Noces Noires", Arnaud Sérac dépeint ses thèmes de prédilection: le secret, la violence et la fragilité humaine. Avec une écriture d'une rare justesse, une narration souple, précise et sans complaisance, il nous offre un véritable écrin noir.

 

Je vais dire une chose étonnante mais ce polar est tout en tendresse et en sentiments sur la vie en général. Nous ne retrouvons pas les supers héros que l'on pourrait trouver dans les polars actuels qui se retrouvent dans des situations improbables. J'ai trouvé que ce polar était très réaliste dans la façon de résoudre l'enquête. Pas de longueurs inutiles, toute information est là pour quelque chose, rien n'est superflu dans cette histoire qui découle sur une fin très surprenante.


Une intrigue policière semée d'embûches, des victimes brûlées, découpées, où les différentes parties de leurs corps sont retrouvées à divers endroits de la ville, le décor est planté dès les premières pages.

Laure et son équipier "le vieux" sont des personnages meurtris par la vie, Laure ne sera pas en paix tant qu'elle n'aura pas retrouvé ceux qui ont détruit la vie de son père et qu'elle ne se sera pas libérée de son conjoint, jaloux et violent. Le "vieux" ne vit que sur des souvenirs, son plus gros échec, ne plus avoir de nouvelles de son fils depuis le décès de sa femme. Ces deux flics forment un duo attachant et sans se l'avouer, ils s'apprécient beaucoup. Je me suis attachée à ces deux personnages qui mènent leur enquête simplement, sans se prendre pour des "Mac Gyver".

L'auteur nous confronte aussi aux phénomènes de société tels que le rôle des policiers et la vie dans les commissariats, le service d'urgences des  hôpitaux où la misère humaine est de plus en  plus présente et le manque de personnel une dure réalité. La violence au sein des couples y est également évoquée. Une écriture simple et très plaisante.


Le bulletin d'Espalion 05/01/2017

Une ambiance authentique, digne d'une scénographie de série télévisée, avec des héros attachants, du suspense et des rebondissements.

haut de page



soeurs

Les Âmes des Grandes Combes

Roman. Juin 2017 ; Éditions France Centre Livre (de Borée)

Résumé :

Quand Jean arrive à la ferme des Grandes Combes pour se louer, il doit faire face à deux accueils différents: celui méfiant d'Ange Bornillon, le maître des lieux, autoritaire et celui séduisant de Mathilde, sa fille, dont il tombe amoureux.

Au fur et à mesure, Jean apprend à se rendre indispensable et à se faire apprécier, au point que Bornillon lui proposede prendre sa suite. Mais Jean semble porter un lourd secretqui l'empêche d'être heureux. Le révéler pourrait-il le soulager?

Les âmes des Grandes Combes parviendraient-elles à l'aider?


Cet ouvrage explore avec délicatesse la complexité et la fragilé humaine. Jean-Louis Desforges confronte ses personnages aux épreuves de l'Histoire pour mettre en valeur leurs qualités et leur profondeur.

Extrait:

-Tu es la dernière personne que je souhaiterais fâcher. Pardonne ma maladresse, je voulais te ménager, ne pas te mêler à tes problèmes. Essaie de me comprendre...

- Mais comprendre quoi! s'exclama Mathilde, exaspérée. Tu me demande toujours de te comprendre, mais que dois-je comprendre à la fin? Je ne cherche que cela, te comprendre. Mais comment faire si je ne te vois que de dos, la plupart du temps? J'ai l'impression d'aimer une ombre qui glisse entre mes doigts à chaque fois que je veux la saisir.

- Ne dis pas que tu m'aimes, lui ai-je conseillé. Sors cela de ta tête.

- Ce n'est pas dans mon crâne, protesta-t-elle en me désignant son coeur. 


Critiques à venir


haut de page

 

soeurs

Les deux soeurs

Roman. Mai 2016 : Éditions France Centre Livre (de Borée)

Résumé :

Lisette Millet a onze ans lorsque la guerre est déclarée. Sous la protection de sa grande sœur, Annie, elle entre au collège, y devient une très bonne élève et fait la rencontre de jeunes garçons. Une vie ordinaire… en apparence ! Car sous cette identité se cache Liesa, Juive autrichienne adoptée par les Millet juste avant le début du conflit. Et cette guerre qui vient d’éclater sera pour Lisette l’amorce d’un long questionnement sur ses origines et sa place dans la société…

Extrait :

– Pourquoi l’a-t-on séparée de sa famille ?

– Je t’expliquerai plus tard, Annie. Ce sont des affaires de grandes personnes devenues folles, des tourbillons terribles qui disloquent les pauvres gens. Il vaut mieux tenir les enfants à l’écart de tout cela… pour leur bien. Nous avons fait de notre mieux pour aider cette petite, elle ne guérira pas en quelques mois des épreuves qu’elle a endurées. Toute une existence ne suffira pas, même en y mettant la meilleure volonté du monde. Ce sont des blessures qui ne se ferment jamais…

          Mon père avait hélas raison et la suite me donna sans cesse la preuve de sa clairvoyance.

"N’exige pas de moi un choix, ce serait m’arracher une moitié de mon cœur, une moitié de ma vie."

 

Critiques:

RCF Radio

On tourne les pages d'un livre qui nous replonge dans la période de la seconde guerre mondiale. L'histoire se passe dans la Drôme, et on va suivre les aventures de deux fillettes... Mais Jean-Louis Desforges, son auteur, en parlera bien mieux ! On l'écoute, interrogé par Marie-Noëlle Val
Une émission à écouter sur RCF Radio, c'est ICI

Radio Coteaux Gers:

Beaucoup d'humanité et d'émotion dans ce récit écrit avec simplicité et sensibilité.

le Magazine du Val d'Oise du 8 Août 2016:

Les deux sœurs sont le nouveau roman de Jean-Louis Desforges, l’autre nom de plume de Jean-Louis Serrano.

Ce dernier peut changer de signature, il ne quitte pas l’univers sensible dans lequel il fait évoluer souvent ses personnages, confrontés à des drames collectifs ou individuels face auxquels ils sont à la fois désemparés et combattifs. D’où le recours fréquent aux temps de guerre qui exacerbent ces tensions et agissent comme révélateur. Ainsi ses premiers romans, Les Chiens des collines et Le Monde m’était promis, ou plus récemment Rivière amère avaient-ils déjà ce décor.

L’héroïne des Deux sœurs (l’autre sœur est celle qui raconte l’histoire) s’y débat : « J’éprouve assez de mal à trouver qui je suis : Autrichienne, Française, catholique ou juive, bonne ou mauvaise. Trop de difficultés à choisir entre le passé et l’avenir, pour avoir à trier les morts des vivants. Comprenez-vous cela ? » Elle s’appelle Lisette, comme Française, adoptée au début de la Seconde Guerre mondiale par une famille paysanne de la Drôme, ouverte aux plus belles valeurs de fraternité. Mais elle s’appelait auparavant Liesa, fille d’intellectuels autrichiens morts dans les camps. Juive, elle a été baptisée pour devenir catholique. Ces déchirements entre identités diverses dureront au-delà de la guerre et la pousseront, devenue jeune femme, à partir dans l’Etat d’Israël en train de se constituer. Mais entre son rêve, ses idéaux et la société là-bas, elle doit déchanter. 

C’est le talent de Jean-Louis Serrano Desforges que d’écrire à la première personne en donnant au lecteur le sentiment qu’il doit y avoir de l’autobiographie là-dessous tant les descriptions et les états d’âme sonnent juste. Jean-Louis Serrano Desforges est un romancier de l’émotion, c'est-à-dire de la condition humaine. Aussi il atteint à l’universel et son récit a bien des échos contemporains : « Il n’est rien de plus difficile à combattre qu’un rêve. Ils ne pourront pas lui résister. Leur illusion les conduira à la fin. Ils se jetteront sur un récif, ils s’empaleront sur l’étrave d’un navire ennemi, ils se feront exploser par désespoir. » Parle-il ici des années 40 ?

http://www.valdoise.fr/actualite/214/373-les-valdoisiens-publient.htm



L'Impartial de la Drôme du 2 juin 2016:

Un roman empreint d'humanité et de tolérance.

Lisette Millet a onze ans lorsque la Deuxième Guerre mondiale est déclarée. Sous la protection de sa grande soeur, Annie, elle rentre au collège, y devient une très bonne élève et fait la rencontre de jeunes garçons. Une vie ordinaire...en apparence!

Car sous cette identité se cache Liésa, Juive autrichienne adoptée par les Millet juste avant le début du conflit. Et cette guerre qui vient d'éclater sera pour Lisette l'amorce d'un long questionnement sur ses origines et sa place dans la société.

Le Figaro Scope juin 2016:


Un roman empreint d'humanité et de tolérance dans cette histoire sanglante qu'est la guerre....

Biblioteca juin 2016:


Un récit intimiste et émouvant.

Le courrier de Mantes 8 juin 2016:

L'auteur semble se réconcilier avec le genre humain dont il a pourtant souvent dépeint la noirceur d'âme et la cruauté.

Le roman évoque la force de l'amitié et de la bonté sur fond de paysage de montagne, de torrents et de forêts.

haut de page


solitudes

La ferme des solitudes

Roman.  Avril 2015 ; Éditions De Borée

Sujet : En fuite depuis qu'elle s'est séparée de son fiancé, Léa erre de village en village. Elle est accueillie à la ferme des Solitudes par l'énigmatique Catherine, qui se morfond dans son amour pour son beau héros, Esprit Rochebrune, jamais revenu du front. Très vite naît entre les deux femmes une grande complicité. Un soir de bal, elles rencontrent des bûcherons, Émile et Guido. Réussiront-ils à donner un renouveau à la vie des deux fermières ? Il faudra alors lever le voile sur bien des malheurs et des secrets qui entourent leur existence.

L'auteur : Fortement marqué par ses lectures des écrivains naturalistes, Jean-Louis Desforges est un fin observateur de la condition humaine. Grand lecteur et passionné de Giono, Maupassant, Zola, Steinbeck ou Faulkner, il se distingue par un attachement aux valeurs humanistes et à la terre. Ce troisième roman aux éditions De Borée reflète parfaitement cet état d'esprit et témoigne d'une rare maîtrise de l'art romanesque.

 

Critiques:

Inf'Osny de janvier 2016:

Jean-Louis Serrano, des mots pour les fêlures de l’âme

On ne présente plus Jean-Louis Serrano, installé depuis trente ans à Osny et auteur de 13 ouvrages brillants.
La ferme des solitudes, son dernier opus paru à l’automne, est aussi le troisième « roman du terroir » signé sous le pseudonyme de Jean-Louis Desforges.
Sous cette signature, l’auteur semble se réconcilier avec le genre humain, dont il a souvent dépeint la noirceur d’âme et la cruauté.
Cette fois l’action se déroule dans une ferme isolée en 1924, où les maux de la guerre sont encore à vif.
«  Deux femmes, deux solitudes, se croisent, très différentes l’une de l’autre : Catherine, élégante et raffinée et Léa, meurtrie, soumise, et en fuite.
Ce roman raconte la force de l’amitié et de la bonté, sur fond de paysage de montagne, de torrent et de forêts… »

La tribune du 5 septembre 2015:

A vous de plonger dans cet ouvrage qui saura vous tenir en haleine car il faudra patienter pour connaître cette grande complicité entre Catherine et Léa, les deux héroïnes du roman.

L’Est-Éclair:

Une belle analyse de sentiments donne à ce roman une grande profondeur.

Biblioteca. Avril 2015:

L'espoir est là, celui d'un nouveau départ et de la possibilité d'un  retour au bonheur. Mais il faudra lever le voile sur bien des secrets et  bien des tragédies... Un récit richement documenté sur les années de reconstruction après la Grande Guerre et qui révèle les difficiles conditions d'existence des femmes qui ont perdu leurs maris durant le conflit

Val d'Oise magazine n°16:

Le romancier osnyssois Jean-Louis Desforges n'a pas son pareil pour étudier l'âme humaine et ses réactions face aux bouleversements des temps de guerre. Après Rivière amère, il raconte dans ce roman l'amitié  et le sort de deux femmes dont les maris ne sont pas revenus de la guerre de 14.




haut de page

pierre

Rivière amère

Roman. Janvier 2014 ; Éditions De Borée

Aux années d’insouciance succède la tourmente des cœurs et de la guerre au sein de la fratrie formée par Pierre-Marie, Lucie et Paul. Pierre-Marie, l’aîné, se comporte comme un père et ne tarde pas à épouser Marie pour laquelle Paul, le plus jeune frère, nourrit une passion inavouée et destructrice.
Dès  lors, rien ne sera plus comme avant et Lucie se retrouvera seule à assumer un trop lourd secret. Marqués à jamais par l’absurdité de la guerre et du mensonge, parviendront-ils à préférer leur belle union ?

 


Critiques:

Inf'Osny: novembre 2015

L'empathie au cœur de la création littéraire.
Jean-Louis Serrano est un  écrivain humaniste, passionné par les conséquences de l'Histoire sur la vie des gens simples.
Un roman à trois voix.
 Sa rivière amère, c'est l'Isère à Romans aux portes du Vercors, pendant la seconde guerre mondiale. "La vie va comme une rivière": c'est Pierre-Marie qui parle, l'aîné d'une fratrie qui va vivre la tourmente de ces années terribles, émaillées d'une passion destructrice et d'un lourd secret de famille. C'est un roman à trois voix; chaque personnage, à la fois témoin et acteur, narre les mêmes événements ainsi qu'il les a vécus et ressentis. Et c'est là le tour de force de l'auteur, il est dans un telle osmose avec ses personnages qu'il vit leurs douleurs.

Blog Le Monde.fr du 19 Août 2014 Alain Dagnez: ça va mieux en le lisant.

A chacun sa vérité.
Un bon livre est avant tout un livre bien écrit où les phrases se succèdent mélodieusement sans que jamais vous ne vous lassiez. Ce roman possède cette qualité, même si on doute du langage élaboré de ces cordonniers de l'Isère.
Ce bon livre est écrit à la première personne, à trois mains. Deux frères, Pierre-Marie et Paul, et Lucie, leur soeur - dans cet ordre narratif - racontent la même histoire. Chacun livre son récit. En cette période troublée des années de la guerre 39-45, Pierre-Marie,  parti à la guerre et rapidement fait prisonnier, est envoyé en Allemagne. Il laisse Marie, son épouse et Georges leur fils. Son frère, après quelque temps passé dans le Vercors en résistance, est obligé de se livrer au STO et retrouve son frère sur les bords de la Baltique. Quant à Lucie elle demeure auprès de leur maman, qui fait de la résistance à sa façon. Elle épouse un brave garçon, Jean.
La guerre s'achève; Pierre-Marie est de retour et retrouve sa petite famille. Paul, blessé dans le bombardement du camp de Königsberg, n'est plus le même: il échappe curieusement à sa famille et aux joies des retrouvailles. Il est devenu ombrageux. Lucie raconte la vie quotidienne auprès de sa famille, de Colette, sa fille, de sa mère et de son amie, Marie. Tout reprend vie, semble-t-il, presque normalement, voire banalement,
Chacun a donné son avis sur des évènements identiques et a porté sur les autres un regard à sa façon; chacun a complété le discours de l'autre pendant que le temps a joué son oeuvre. "Acta est fabula".
Ce serait trop simple!
On s'en voudrait de révéler l'essentiel. Il vous faudra patienter pour connaître le lourd secret partagé par certains des personnages. Il est étonnant, détonnant, bouleversant. Est-il possible que ceux qui ne savent pas puissent rester ainsi dans l'ignorance? " Rien ne sait, rien ne fait mal", dit un proverbe. Voire.
Alain Dagnez.

L'Echo du 27 06 2014:
La vie est bousculée, torturée et emprisonnée dans l'engluement de ces trop lourds secrets qui transforment les fleuves tranquilles en tumultueux cours d'eaux, assassins et amers. Deux frères et une sœur, unis et soudés que les aléas de l'existence vont secouer et diviser. Le récit de leurs vies sera conté par chacun des protagonistes et c'est l'originalité du roman de Jean-Louis Desforges qui nous permet de découvrir au fil des pages, les différentes facettes des héros de Rivière amère.

Romans-Mag mars 2014
Chronique d'une famille romanaise de la fin de la première Guerre Mondiale à nos jours. Le personnages traversent les tourments de la guerre, les déportés du travail, les maquis du Vercors, la vie des Romanais d'avant les restriction.

L'Impartial de la Drôme du 20 02 2014
En pleine seconde guerre mondiale, le journal de trois frères et sœur liés par un lourd secret familial. Une partie de l'intrigue se déroulant dans la Drôme, à Romans et Bourg-de-Péage. Les personnages sont marqués à jamais par l'absurdité de la guerre et du mensonge.


L'actualité-littéraire
Une famille marquée à jamais par l'absurdité de la guerre...
1934, dans la Drôme, au bord de l'Isère. L'histoire d'une fratrie issue d'une famille de cordonniers.


haut de page

pierre

Pierre des montagnes

Roman. Mai 2013 ; Éditions De Borée

Dans cette ferme située au pied du Vercors, la vie s’est figée dans l’attente improbable du retour du maître happé par la Grande guerre. Corentin, le valet paresseux et incapable tente mollement de maintenir l’exploitation avec Jeanne, la patronne et la petite Blanche quand arrive Pierre. Ce jeune journalier courageux et ingénieux réveillera ces lieux et ces gens. Il entrouvre la possibilité d’un avenir plus souriant. Pourtant, avant de songer au futur, Pierre doit accomplir sa hantise : un amour ou une haine immense, et rien ne pourra se décider tant qu’il n’aura pas rompu les chaines qui le lient à son passé.
Écrit sous le pseudonyme de Jean-Louis Desforges, ce roman évoque les sentiments simples et éternels tels que l’amitié, l’amour, le poids du passé ou l’attachement à la terre.

C’est un hymne à la nature et à l’homme, quand celui-ci lutte pour survivre et réaliser ses rêves.


Critiques:

Le Réveil du 24 février 2014:
J.L. Desforges campe parfaitement ses personnages et livre ici un récit palpitant scandé par les deux grandes guerres. Mais jusqu'où l'amitié entre deux êtres peut-elle mener? A découvrir dans ce beau roman.

Inf'Osny de janvier 2014:
Une écriture ciselée pour conter l'intime des personnages confrontés aux séquelles de la grande guerre. Une éternelle histoire d'amour, d'amitié. Un chant adressé à la nature.

Terre et Nature Novembre 2013:
Un roman d'amour et d'amitié qui parle du poids du passé et de l'attachement à la terre. Il s'étend sur une période entre deux conflits mondiaux. Un roman attachant.

Revue indépendante Oct/déc 2013:
Cet ouvrage nous conte l'histoire d'une belle amitié entre Pierre, un jeune homme au cœur meurtri et Corentin, un homme qui n'attend plus rien de la vie. Une histoire qui entraînera le lecteur sur les chemins de l'amitié et de l'amour.

Le Bourbonnais rural du 13 septembre 2013:
Un récit palpitant scandé par les deux grandes guerres sous la belle plume de Jean-Louis Desforges. L'histoire d'une belle amitié filiale entre deux héros solitaires.

Le Grand livre du mois, 28 juin 2013:
En grand lecteur de Zola, Faulkner et Hemingway, Jean-Louis Desforges est un fin observateur des hommes. Il parle ici d'amour et d'amitié avec poésie et simplicité, humanisme et profondeur. Un joli roman aux valeurs humaines et revigorantes.

Le bulletin d'Espalion, 24 juin 2013:
Un récit palpitant scandé par les deux grandes guerres sous la belle plume de Jean-Louis Desforges.

L'Impartial de la Drôme, 20 juin 2013:
Cet auteur se distingue par un attachement aux valeurs humanistes et à la terre. "Pierre des montagnes" reflète parfaitement cet état d'esprit et témoigne d'une rare maîtrise de l'art romanesque.

Journal 20 minutes Grenoble, le 14 mai 2013:
Dans son nouveau roman, Pierre des montagnes, Jean-Louis Desforges a choisi de situer son intrigue au pied du Vercors. Un récit scandé par les deux grandes guerres mais aussi un hymne à la nature et à l’homme, qui révèle une belle amitié entre deux héros solitaires. Desforges est attaché aux valeurs humanistes et à la terre. Pierre des montagnes reflète cet état d’esprit.

IDFM radio Enghien, Laurence Ducournau:
Très beau roman qui traite d'une époque difficile où tout était à reconstruire affectivement et matériellement. Des personnages attachants.

haut de page




craie

Prison de craie

Roman. Novembre 2010; Editions De Borée

Deux hommes sont reclus dans la même geôle, isolés du monde. Chacun est persuadé que l'autre est un mouchard. Cependant chacun ressent, par vague, le besoin impérieux de connivence, d'amitié. Balançant entre confidence et révolte, Claude et William se livrent et s'opposent jusqu'à la confusion. Quand l'un baisse les armes, l'autre se refuse. Le huis clos de la cellule exacerbe les sentiments. La paix des braves reste inaccessible.

Dans le laboratoire de cette Prison de craie, on dissèque l'humanité pour mettre à nu ses faiblesses, ses doutes, ses vanités et ses splendeurs. Parce qu'ils nous ressemblent, parce qu'ils sont nos semblables, ces êtres nous sont extrêmement attachants.

Critiques:

Les obsédés textuels:

Huis-clos surréaliste. Près des protagonistes de Jean Genet, c'est aux thèmes de l'altérité, de la soumission et de la trahison que les personnages nous confrontent. Une curiosité d'auteur polymorphe.


Joëlle Vérain Idfm.98:

Roman écrit avec une très belle écriture. Une histoire prenante que l'on a du mal à interrompre, tant on se demande comment elle peut finir. On frissonne et on est ému. On s'emprisonne avec les personnages, mais s'en libérera-t-on?


Virginie Tinland Inf'Osny:

Un huis clos infernal. Balançant entre confidence et révolte, William et Claude se livrent et s'opposent jusqu'à la confusion. Mais quand la haine est déclarée, l'espoir renaît de manière inattendue.

Dans la Prison de craie, il n'y a qu'un temps: celui de l'observation aiguë de l'autre. L'histoire bouleversante de deux êtres qui nous ressemblent. C'est du grand roman qui ne juge pas. Une tragédie qui resserre son noeud coulant avec une redoutable efficacité. Un étau infernal étreint les deux protagonistes: d'un côté, la volonté et le besoin de communiquer vécus comme une nécessité de communiquer  absolue, de l'autre, la méfiance qui leur interdit l'amitié ou tout au moins la confiance qui les sauverait peut-être? La force poignante de Prison de craie, c'est de montrer, degré par degré, la rupture puis les tentatives de réconciliation de ces deux hommes dans la prison de leurs sentiments. Une mise à nu de la nature humaine. Passionnant jeu d'échecs où chacun lutte avec ses contradictions et où la parole a bien peu de chances face au poids du silence. Il émane une grande force émotionnelle de ce livre qui lui permet d'explorer la tragédie intime de chaque être humain en quête de son identité. Le silence explose au visage du lecteur de page en page et c'est certainement le roman le plus profond qu'ait écrit cet auteur. L'homme  est le miroir de l'homme...


haut de page

noires vengeances

Noires vengeances en V.O.

Roman policier. Juin 2010; Collection Qui? Éditions du Valhermeil

 

Louis le Guillou se pend à la veille de sa sortie de prison. Il avait été condamné pour avoir assassiné des notables de la région, dont le patron de l'entreprise où il travaillait. Pourtant, les descendants de ses victimes sont exécutés de la même façon: étranglés avec une cordelette. Philippe, le vieux flic, tente de dénouer ce qui semble être l'exécution d'une série de noires vengeances.
La tâche est difficile quand les acteurs portent des masques et que chacun traîne les secrets de vies antérieures.

Critiques:

Action-suspense; Claude le Nocher:

action-suspense.over-blog.com/

Un suspense de très belle qualité...Croire qu’il ne s’agirait que d’un petit polar, ce serait mal connaître la finesse de cet auteur. Il faut d’abord souligner la souplesse d’écriture, qui rend ce récit extrêmement agréable à lire. Décrit avec soin, le contexte entourant le policier crée une ambiance d’authenticité... Un polar à découvrir.


haut de page

venin

Une saison de venin

Roman. Septembre 2009: Éditions Feuille bleue


Dans ce pays de mer et de soleil où règne une dictature habilement empruntée à l'Histoire, le venin de la dénonciation pervertit les rapports humains. Nul n'est jamais conforme à son image: Claudia l'enseignante sanglée dans sa moralité, Maria la mère repliée sur son veuvage, Luis l'élève brillant, Pablo le fugitif, Jorge l'expert des opérations spéciales…
Qu'adviendra-t-il d'eux dans cette société où parler, contrevenir aux ordres de la Radio nationale, c'est encourir les foudres de la milice ou du mystérieux Observatoire?
La tension monte comme un lent crescendo durant cette "Saison de venin" tout en ombre et en lumière tandis que le hasard -ou autre chose?- joue avec Claudia et Jorge.

Critiques:

La Gazette du Val d'Oise
Une saison de venin aborde le thème de la dictature, de la dénonciation et sonde l'âme humaine, passée au révélateur d'une période propice à toutes les vicissitudes.
Mémoire des arts:
Une réflexion sur la violence, le pouvoir:.. De belles pages.
Vivre en Val d'Oise:
Comment tous les pouvoirs politiques autoritaires utilisent la vilénie des hommes et des femmes ordinaires pour renforcer jusqu'à la folie leur pouvoir.
L'Histoire raconte en chapitres souvent insoutenables les conséquences de cette universelle dureté de cœur.
La saison de venin est une nouvelle et glaçante variation de Jean Louis sur ce thème, son obsession. Une tragédie classique.
Femmes d'aujourd'hui:
On retrouve ici les thèmes de prédilection de J.L. Serrano. Une fois encore il réussit le pari de nous rendre attachants des personnages à priori haïssables.
Alapage.com:
Comme toujours avec Jean Louis Serrano, les choses ne sont pas si simples. Dans ce roman habité d'une galerie de personnages profonds et insondables, l'écrivain trompe les apparences avec un talent déconcertant. Lucide, habile, émouvant: un livre à mettre entre toutes les mains, un roman pour tous les plaisirs de la lecture.
La Montagne:
J.L. Serrano aborde la thématique des dictatures. Comment vit-on dans un monde où tout est réglementé, jusqu'à la parole et l'intimité? Serrano illustre son propos à l'aide d'une série de personnages, tous renvoyés à une forme de solitude quasi carcérale, mais tous habités par le besoin de vivre. Très vite, il dépasse l'anecdote pour traiter de la nature humaine, sa grandeur, ses faiblesses, dans un livre très tendu d'une belle ambition.
L'Est-éclair:
L'atmosphère étouffante de cette saison de venin monte en puissance au fil des pages et des événements. Et le lecteur en haleine attend que l'orage éclate. Un sujet grave traité avec subtilité. Un très beau roman.

haut de page


étangs
Noirs étangs de Cergy

Roman policier octobgyre 2008: Editions du Valhermeil

Philippe, le vieux flic dépassé par la technologie, ne pensait pas que son épouse Martine et son ami Corentin, l'éducateur, se mêleraient à son enquête. L'ex-madame Barjac apparaît et disparaît dans le manoir où Julien a été placé par une juge pour enfants du tribunal de Pontoise pour exécuter un travail d'intérêt général . Barjac, le propriétaire du manoir est un étrange type au passé violent. Philippe est persuadé qu'il a supprimé sa femme et qu'il a tenté d'ensevelir le cadavre dans une fosse. On trouve un corps dénudé dans les eaux des étangs de Cergy, mais Corinne Barjac réapparaît au manoir...

Il faudra bien de l'intuition et de la psychologie à Philippe pour débrouiller cette affaire qui révèle la fragilité et la solitude des hommes.

Critiques:

Inf'Osny:
Il revisite ses thèmes de prédilection: le secret, la violence et la fragilité humaine. Une écriture savoureuse, toujours juste, précise et empreinte d'une telle sensibilité qu'elle se rapproche de la poésie.
Rayonpolar.com (Claude Le Nocher):
Il n'est pas forcément utile d'élaborer une intrigue complexe, aux multiples crimes et effets spéciaux pour s'avérer convaincant. Fidèle à sa qualité d'écriture, déjà évidente dans L'homme nu et les limons de l'Oise, Jean Louis Serrano installe ici une ambiance très subtile. Finesse de la psychologie de chaque protagoniste, détails trop anodins pour ne pas être importants, questions sans réponses absolument claires, quelques surprises et faux-semblants: tels sont les atouts de cet excellent suspense.

haut de page


poulpe

La beauté du poulpe

Roman Août 2008: éditions La feuille bleue

"Je ne peux pas m'empêcher de l'admirer". C'est l'aveu d'un fils écrasé par l'"emprise tentaculaire d'un père tout-puissant. Un père dont les bras s'abattent sans faiblesse sur le gamin pris en faute. Mais un père qui évite à son enfant de se noyer dans les eaux troubles d'une guerre d'Algérie qui les dépasse tous. Un papa beau comme un poulpe. Dans l'Algérie des années 1960, une Algérie sauvage et dure, les sentiments ne s'expriment pas: l'amour maternel, la fierté d'un père prêt à tout pour sauver sa famille, l'amitié impossible entre deux adolescents qui n'appartiennent pas à la même communauté. La vie est violente comme la beauté de la nature.
&eacutecrit avec une concision remarquable, le quatrième roman de Jean-Louis Serrano brandit le poing contre la folie des hommes à travers l'âme des choses.

Critiques:

Inf'Osny:
La vie est violente comme la beauté de la nature. L'école de la vie, c'est apprendre à côtoyer la mort. Une oeuvre engagée et profondément humaniste.
Boojum-mag:
Jean-Louis Serrano possède le talent rare de parler à tous. La narration épurée, sans complaisance de La beauté du poulpe sait distiller l'émotion au détour des pages d'un drame qui ne prend jamais parti. Qui laisse au lecteur tout loisir de réfléchir
Parutions.com:
C'est un récit touchant. Le roman séduit car les mots savent porter jusqu'aux ambiances méditerranéennes
Le petit dignois (Victor Bérenguier):
Le livre a le mérite de faire remonter à la surface bien des ressentis et des non-dits sur une époque.
Spectacle du monde:
Un roman sur l'amour filial donc, qui dresse le cadre aimant de la famille comme rempart face à la folie des hommes.
L'Est-Eclair:
Un roman d'ambiance, une écriture subtile, où les émotions se cachent derrière la pudeur des mots.
Vivre en Val d'Oise:
Le talent de J.L. Serrano réside dans la délicatesse et la pudeur avec la quelle il décrit l'enfance d'un pied-noir en pleine guerre d'Algérie. On oscille entre le goût du sang, métallique, et celui d'une orange amère en lisant La beauté du poulpe, et l'on prend plaisir à lire un ouvrage profondément humaniste qui, enfin, ne prend pas parti au sujet d'une période encore sensible aujourd'hui.
Femme d'aujourd'hui:
Un roman à l'écriture subtile qui allie poésie et sauvagerie, sans jamais prendre parti. Un coup d'essai qui ressemble fort à un coup de maître pour La Feuille Bleue.

haut de page


limons

L'homme nu et les limons de l'Oise

Roman. 2007 Editions du Valhermeil


Hier, Nathalie est partie. Elle est partie sans me donner une explication. Ce soir, alors que je me rends au chevet de ma vieille mère, un homme nu sous la pluie se jette sur le capot de ma voiture. Il a tout oublié, il ne sait pas d'où il vient, il ignore même son nom. Avec mon vieil ami Philippe, le policier, je cherche à découvrir l'identité de l'homme nu. L'apparition de Celio correspond à la disparition de Nathalie. Maman veut me révéler des secrets sur la fin de mon père et sur la mort de mon frère aîné. Toutes ces strates cachées de ma vie remontent et se mêlent comme les limons de l'Oise en crue

Critiques:

de Claude Le Nocher, Rayon Polar:
J.L. Serrano a concocté un suspense psychologique de très belle qualité. Les deux précédents romans de l'auteur ont été récompensés par divers prix. Celui-ci en mériterait sûrement un, également.
de Inf'Osny:
Nous retouvons avec régal sa plume qui sème le trouble dès les premières pages de ce semblant de polar qui est en fait un roman psychologique qui dissèque l'âme humaine avec beaucoup de finesse.

haut de page


falaise

Le bateau sur la falaise

Nouvelles. 2003. Éditions An tu all ar mor.


Dans ce recueil, la mer est une constante. Elle est l'un des acteurs ou forme le décor de ces histoires. On y lit la vie de Jeannot l'inquiet qui construit un bateau au sommet d'une falaise alors qu'il serait plus raisonnable de le fabriquer en bas, plus près de l'océan. Il a ses raisons. Nicolas se trouve prisonnier d'une capsule immergée dans la mer, les minutes lui sont comptées. Des marins, comme Richard, Marcel, Paulot, Moussah ou Jules luttent contre le temps avec la rigueur de capitaines restant à la barre. La Lola quitte le Cap Vert pour Amsterdam, comme Drago revient dans son île de Croatie.
Les hommes vont et viennent, au rythme des marées. Ophélie, cette pauvre fille dont la laideur attire les railleries se trouve brutalement convoitée par chacun à cause de son sourire. Bien sûr, il ne s'agit pas là d'un sourire normal.
Les personnages suivent obstinément le cap de leurs rêves. Les nouvelles nous font voguer de l'humour à la tendresse, à l'émotion, comme la tempête et le calme bleu se succèdent.

Critiques:

L'écho régional:
à lire, vous ne serez pas déçus.
Vivre en Val d'Oise:
Quand on aime, on ne compte pas… Le bateau sur la falaise est plus qu'un simple recueil de nouvelles, c'est un rendez-vous à ne pas manquer. Onze petites nouvelles à cueillir comme des galets sur la plage. J'ai lu votre livre comme on porte un coquillage à son oreille. Votre musique est essentielle.
Inf'Osny:
Coup de cœur pour ce recueil. On retrouve avec bonheur la finesse d'écriture et l'humanisme de Jean Louis Serrano. Des portraits plus vrais que nature, d'une simplicité déroutante tant ils sont empreints de délicatesse et de sensibilité.
Nouvelle donne:
Qu'ils soient à quai ou qu'ils coulent, les personnages sont attachants. De très bons textes à savourer.
Nuit blanche:
Insoutenable, à prendre au vol plus que jamais.

haut de page


monde promis

Le monde m'était promis

Roman.2003. Éditions de l'Aube. Prix Alain Fournier. Prix du Méridien.

Ce roman donne la parole à trois êtres au lendemain d'une guerre qui pourrait se situer n'importe où dans le monde, tant la bestialité humaine est universelle. Dans une ferme, la Femme dit le chaos provoqué par un viol de guerre. Dans sa famille dévastée, le vieux père ne lui parle plus, accablé par la honte. Sa mère et sa fille née du viol lui apportent un peu de tendresse lui permettant de vivre encore. Elle fait partie de l'ethnie des rats. Dans la ferme voisine, l'Homme remâche sa haine. Il est le violeur, il appartient à l'ethnie des Porcs qui ont perdu la guerre. Tout puissant hier, il se voit vaincu aujourd'hui. Il s'interroge sur son geste. Le héros est devenu bourreau. Dans cette famille non plus, on ne se parle pas. Le père est parti combattre et n'est pas revenu, le jeune frère veut vivre et oublier la guerre. Dans une troisième ferme brûlée, un jeune médecin casque bleu tente de redon,ner le goût de la paix à chacun.
Les bonnes intentions ne suffisent pas, elles sont même destructrices parfois. Cette histoire est celle des hommes prédateurs et des femmes qui subissent, qui se répète depuis que les hommes sont sur terre.

Critiques:

Le Berry républicain:
Le Récit écrit au présent est sobre, les mots sont précis, les phrases claquent. Il faudrait soulever les pierres tombales pour connaître ce qui s'est vraiment passé dans ce maudit pays. Les morts seraient plus bavards que les survivants.
Vivre en Val d'Oise:
Un chef d'œuvre! Entre promesse et réalité vécue, un gouffre s'est creusé Le romancier a le don de développer les conséquences de l'actualité universelles, au plus proche de la vie. Nous communions de page en page à l'angoisse et aux émotions de ses personnages.
Inf'Osny:
Le roman de la haine. L'écriture ne s'embarrasse pas de fioritures, la dureté, la haine, la violence sont décrites avec une sobriété déconcertante. Un roman éblouissant et inoubliable.
Onze comme une:
Une plume meurtrie. Comment un homme, pas foncièrement mauvais, peut basculer dans l'horreur et où se situe la limite entre la victime et le bourreau?
Lire:
Un roman d'une intensité rare. Sobriété maximale, économie de mots, absence totale d'effets pour dire la violence insoutenable des silences.
La Gazette:
Une plume en or. L'écriture séduit les lecteurs qui veulent tenter l'aventure. Sa plume sème le trouble et vous suit quelque temps après le livre fermé.

haut de page


valdoise

Immigrés du Val d'Oise

Le chemin des hommes 2001. Éditions du Valhermeil:

Cet ouvrage est un recueil de dix-huit témoignages d'immigrés venus de tous les horizons: Un Turc épris d'harmonie, une Argentine ayant fui la dictature, un Portugais, un Croate, un Kabyle, un Marocain à la recherche d'une vie meilleure, des réfugiés du Sri Lanka, du Cambodge, du Vietnam, de Chine chassés par l'horreur, une Tunisienne, une Malienne, deux Sénégalaises, une Vénézuélienne débarquant à Paris par amour, une Chinoise éprise des peintres français, une Arménienne rescapée du génocide, et même un survivant des premiers chrétiens, un Chaldéen. Ces hommes et ces femmes portaient le secret de cet exil. Ils n'en parlaient pas à leurs propres enfants, par pudeur, parfois par honte.
Ce livre leur a permis de transmettre leur histoire, d'indiquer aux leurs où étaient leurs racines. Leurs récits sont surprenants, ils renversent les idées reçues que nous pouvons avoir sur ces étrangers qui choisissent notre pays pour simplement survivre.
La question se pose alors: quelle est la force du désespoir qui pousse des hommes et des femmes à rompre avec leur terre natale pour devenir des immigrés chez nous, les privant ainsi définitivement de leur identité. Un immigré de la première génération n'est pas encore Français en France, mais il n'appartient déjà plus à son pays d'origine. Il devient étranger partout.

Critiques:

Pour Immigrés en Val d'Oise:
Vivre en Val d'Oise: Ne pas céder aux idées toutes faites. Vaincre l'indifférence. Un chemin des hommes entre chemin de croix, chemin d'espoir et histoire d'amour. En Val d'Oise et par l'intermédiaire du talent de conteur de l'auteur, une partie de la mémoire vivante des immigrés s'offre à nous.
La Gazette:
Dix-huit regards sur des destins déchirants. Une quête de témoignages ardue. Difficile d'évoquer son passé. Difficile de traduire des instants de douleur avec des mots. On ne sort pas indemne de ces histoires d'hommes et de femmes marqués par la douleur.
L'écho régional:
Une fenêtre entr'ouverte sur des destins exotiques. Leurs témoignages sont bouleversants. Pour mieux comprendre, pour ne pas amalgamer, lisez ces témoignages.

haut de page

chiens

Les chiens des collines

1998. DENOEL: récompensé au festival du premier roman à LAVAL, au festival du premier roman à Chambéry. Prix du C.E. des usines Renault:

Ljubo et son frère aîné Anton ont été pris par des miliciens serbes alors qu'ils regagnaient leur ferme. Ils sont jetés dans la bergerie d'une ferme où se trouve déjà Goran, un instituteur. Les trois hommes partagent la peur de mourir et subissent le sadisme de leurs geôliers. Un jeu subtil d'influence et de rapport de force s'établit entre les prisonniers et les soldats. Le plus cruel n'est pas toujours le plus affaibli.
Ce huis clos est le prétexte d'échanger des souvenirs, des espoirs et de révéler sa nature, alors que la simple pensée du lendemain paraît illusoire. Tandis que la société des hommes se désagrège, les chiens chassés des fermes par la guerre s'organisent en meutes pour survivre.

Critiques:

Télérama:
Vivre dans la terreur, avec une chance infime de survivre ou en finir de suite, une bonne fois pour toutes? Roman remarquablement maîtrisé.
Angelines:
Premier roman à la très belle écriture, cet ouvrage est aussi un récit proprement effrayant sur la violence. C'est aussi inéluctable qu'un constat, un rapport. On en sort sonné.
Le libraire:
Cet ouvrage mérite toute notre attention, c'est une des perles de la rentrée. Du grand art.
La page des libraires:
Premier roman réussi.
Le soir illustré:
On aimerait en savoir plus sur celui qui a dû être témoin ou acteur de cette guerre. L'auteur réussit à nous faire partager chaque instant l'insupportable.
Le généraliste:
Roman métaphorique et poignant. Dans une écriture assurée, concise, avec un brin de lyrisme contenu, l'auteur propose une fable de tous les temps pour montrer l'horreur de la violence humaine.
La presse de la Manche:
Formidable hymne à la vie.
Le Monde: Point de démonstration, de grande phrase à effet. Plus efficacement, un style simple mais travaillé pour dire des situations complexes, des formules qui font images pour dénoncer la folie de la guerre.
Notes bibliographiques:
Le récit évite la description complaisante de l'horreur mais restitue toute la cruauté de ces guérillas internes.
Vivre en Val d'Oise:
Coup de maître pour un premier roman! Le suspense dure autant que le livre. Simplicité et retenue, une petit livre qui fait honneur à la rentrée littéraire.



haut de page